Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Feuille de prière 2018-2019

Fermer liturgie

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 143477 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Charte - Notre constitution communautaire

Deuxième Partie.

NOTRE CONSTITUTION COMMUNAUTAIRE

 

 

Chapitre I - Comment s’est constituée l’Union de Prière.

 

§ 65      L’Union de prière s’est formée au long d’une expérience concrète vécue par quelques personnes. Sa « constitution » n’est pas de la même nature que les textes qui régissent les Etats. Elle résulte d’une action qui s’est accomplie et que l’on retracera d’abord dans le temps.

 

§ 66      Au lendemain de la guerre de 1914-1918, des pasteurs entrant dans le ministère, inspirés par des hommes de DIEU tels que Tommy FALLOT, Alfred BOEGNER, Wilfred MONOD, Henri NICK, ont vivement désiré un renouveau de la vie religieuse, un Réveil des Eglises.

 

§ 67      Dès le début des années vingt, quelques-uns de ces pasteurs, se rencontrant en Ardèche, s’étaient groupés dans la prière, dans la méditation et une action communes en vue de ce renouveau et de ce Réveil. Parmi eux, citons : Louis DALLIERE, René de RICHEMOND et André et Jacqueline FROMMEL.

 

§ 68      En 1932, les pasteurs et les Eglises de l’Ardèche ont entendu le message d’évangélisation du mouvement de Pentecôte. Ils ont reçu par son moyen des biens spirituels qui leur ont paru authentiques. Ils ont cherché, par des lectures, des voyages et des rencontres, à mieux connaître ce que l’on a coutume d’appeler le « Pentecôtisme ».

 

§ 69      Le Réveil de l’Ardèche a donc adopté une attitude de sympathie à l’égard du mouvement de Pentecôte, et il en a été enrichi. Par là, il a été rapproché d’autres pasteurs qui avaient une attitude semblable, notamment Marcel HEUZE, Samuel CORNIER et Henri de WORM.

 

§ 70      Cependant les pasteurs appartenant à l’Eglise Réformée de France furent presque tous d’accord que l’ESPRIT SAINT ne les appelait pas à se séparer d’elle : car ils avaient la vision d’un Réveil qui, allant au-devant du SEIGNEUR qui vient, devait unir toutes les Eglises.

 

§ 71      C’est aussi dans la période de 1920-1930 que la personnalité de Karl BARTH commença de rayonner sur les Eglises. Les pasteurs du Réveil de l’Ardèche n’ont pas été des disciples de BARTH. Mais, sur plusieurs points, il y a comme une convergence entre le chemin suivi par le grand théologien et notre modeste parcours. Il en est ainsi notamment de l’affirmation positive de la foi fondée dans la Parole de DIEU, de la vision du Baptême et de celle des Communautés dans l’Eglise.

 

§ 72      Le Réveil de l’Ardèche fut arrêté par la guerre de 1939, suivie de la captivité d’un grand nombre et de l’occupation allemande. Le Réveil passa par ce qui apparut à ses adhérents comme une sorte de mort spirituelle.

 

§ 73      En 1945, des pasteurs qui avaient travaillé dans le même esprit se retrouvèrent. C’est alors que l’Union de prière apparut, par une sorte de résurrection, comme un « mouvement », une « famille spirituelle », ou, ainsi que nous aimons à le dire, comme une « communauté de l’Espérance ».

 

§ 74      L’Union de prière adopta dès le début un texte fondamental appelé la Charte. Ce texte était destiné, d’une part à éviter les discussions entre ceux qui choisissaient librement d’y adhérer, d’autre part à rendre témoignage devant l’ensemble de l’Eglise et ses autorités.

 

§ 75      La charte de l’Union de prière se composait de deux parties :

I.     Les sujets proposés à la prière commune : ce texte, à peine modifié, est reproduit ci-dessus (voir première partie).

II.    Règlement de l’Union de prière : le présent texte s’efforce d’en donner une nouvelle rédaction actualisée, sous le titre : « Notre constitution communautaire ».

 

§ 76      En 1950, fut formé un Comité de responsables, appelé « Directoire », composé de sept membres : les pasteurs Philippe BLANC, Louis DALLIERE, Marc ELDIN, René de RICHEMOND, Thomas ROBERTS, Lucien SCHNEIDER et Jacques SERR.

 

§ 77      De 1945 à 1962, l’Union de prière eut son centre au sein de l’Eglise Réformée de Charmes, sans se confondre avec cette Eglise, ni s’enfermer dans les limites territoriales d’une paroisse. Le lien entre la Communauté et l’Eglise Réformée de France – elle-même unie depuis 1938 – résidait avant tout dans le fait que M. DALLIERE était à la fois pasteur de la paroisse de Charmes et responsable principal de l’Union de prière.

 

§ 78      En 1962, le centre de l’Union de prière, tout en restant à Charmes, s’est transporté à la Maison de Boissier ; le lien avec l’Eglise est alors établi entre le Conseil National de l’Eglise Réformée de France et le Directoire de l’Union de prière par un « Protocole d’accord » signé en 1972. (Des accords du même genre pourraient être conclus avec toute autre Eglise ou communauté).

 

§ 79      Suite à ce Protocole d’accord, l’Union de prière se constitue en Association cultuelle (loi 1905). Son Comité Directeur, appelé « Directoire » (§ 76), comprend entre 7 et 15 membres. Le fonctionnement de l’Association et du Directoire sont précisés dans ses statuts.  

 

§ 80      Le 10 janvier 1976, le pasteur Louis DALLIERE s’endormait dans la paix du SEIGNEUR, à l’âge de 78 ans. L’Union de prière se trouvait ainsi privée de son directeur-fondateur. Elle décidait néanmoins de poursuivre sa vocation et sa tâche sous la responsabilité collégiale du Directoire.

 

 

Chapitre II - Comment agit l’Union de Prière.

 

§ 81      Comme l’indique le titre qu’elle a pris, la communauté agit essentiellement par la prière. Cette prière est précisée, définie, orientée par l’exposé de la première partie de la Charte : les sujets proposés à la prière commune, c’est-à-dire :

·         Le Réveil des Eglises par la conversion personnelle à JESUS-CHRIST ;

·         L’accomplissement des promesses à Israël (Titre modifié par rapport à la 1ère partie de la Charte, en vue d’une révision future de ce 2ème sujet de prière) ;

·         L’unité visible du Corps de CHRIST ;

·         L’Avènement de JESUS-CHRIST et la Résurrection des morts.

 

§ 82      L’Union de prière invite ses adhérents à vivre leur vie chrétienne au sein de leur Eglise locale. La prière sera donc d’abord celle du culte dominical et celle du culte personnel. Il s’y ajoute normalement, conformément aux belles coutumes de la Réforme, le culte de famille, également la prière de table.

           

§ 83      Les adhérents de l’Union de prière prennent part, s’il en existe, aux réunions de prière de leur Eglise. Dans ces réunions, ils se conforment aux directives qui y sont données.

 

§ 84      Dans la prière personnelle, une place est faite aux quatre sujets de l’Union de prière, comme à une inspiration centrale et communautaire. Afin de maintenir cette flamme, les adhérents de l’Union de prière, dans leur culte personnel :

(a) Lisent le passage biblique indiqué chaque jour par la Ligue pour la lecture de la Bible.

(b) Prient le « Notre Père » et disent le « Symbole des Apôtres » en s’associant en esprit à l’Union de prière dispersée comme à toute la sainte Eglise universelle. De même ils récitent chaque soir le Psaume 23 : « L’ETERNEL est mon berger ».

(c) Un livret de prières, composé par le pasteur Jacques SERR, réunit diverses prières des traditions juives et chrétiennes, en lien également avec les 4 sujets de prière. Les adhérents de l’Union de prière sont invités à l’utiliser pour leur prière quotidienne.

 

§ 85      Chaque été, une Retraite a lieu à Charmes pour tous les adhérents. D’autres Retraites peuvent également se tenir dans les zones de l’Union de prière (c’est le cas pour la Suisse).

 

§ 86      Ces Retraites peuvent admettre des invités nouveaux, qui sont présentés par les responsables de zone, et qui, autant que possible, connaissent déjà l’Union de prière sur le plan de leur zone régionale.

 

§ 87      En dehors de la retraite annuelle à Charmes, l’Union de prière, propose aux adhérents de se retrouver par zones géographiques plusieurs fois dans l’année pour le partage de nouvelles, l’édification et la prière. Le nombre et les limites de ces zones peuvent varier selon les circonstances. Des personnes intéressées par l’Union de prière et qui pour diverses raisons ne peuvent participer aux retraites à Charmes, pourront y être invitées.

           

§ 88      Au cours des dernières années les principales zones actives furent les suivantes :

-       Drôme, Ardèche                                        - Savoie, Isère

-       Paris, Nord, Normandie, Belgique               - Alsace, Lorraine

-       Sud-Ouest                                                 - Suisse romande

 

§ 89      Chaque Zone a son responsable, désigné ou accompagné par le Directoire.

 

§ 90      En dehors des zones, des groupes de prière locaux peuvent également être organisés par des adhérents assez voisins qui auraient à cœur de se réunir. Tout groupe de prière a son « responsable », qui dépend lui-même du responsable de sa zone. Ces groupes de prière locaux ont un caractère privé en ce sens qu’y viennent seulement les personnes ayant adhéré à l’Union de prière. Les invitations à des personnes qui ne satisferaient pas à cette exigence ne se feront qu’à titre exceptionnel.

 

§ 91      Les responsables de groupes de prière et de zones se tiennent toujours en liaison avec les autorités locales de l’Eglise. Ils se conforment aux directives et aux conseils donnés par ces autorités. L’Union de prière n’agit jamais contre le gré de l’autorité instituée dans l’Eglise.

 

§ 92      Dans toutes les réunions de prière : groupes locaux, réunions de zone, Retraites, les autorités responsables de l’Eglise Protestante Unie de France (EPUdF) ont toujours, de droit, leur place. Il en est ainsi en particulier pour le Président du Conseil National, le Président du Conseil Régional, le Président du Consistoire, les pasteurs concernés. Aux réunions de la zone Drôme-Ardèche sont également admises de droit, les personnes déléguées par les pasteurs du consistoire de l’Eyrieux-Doux.

 

§ 93      L’Union de prière peut agir également par des œuvres. Le cours ISAAC HOMEL, collège d’enseignement secondaire classique, fondé par Monsieur et Madame DALLIERE, a fonctionné de 1945 à 1975 et a été étroitement uni à la vie matérielle et spirituelle de l’Union de prière. Le HOME DE GRACE de Chalencon (Ardèche), fondé par Monsieur et Madame VIGIER en 1962, a accueilli des personnes ayant besoin de repos physique et spirituel. Après avoir hébergé des sœurs de la communauté de Grandchamp, cette maison est actuellement mise à la disposition de l’association belge Eben-Ezer.

 

§ 94      La Maison de Boissier, propriété de l’EPUdF, est mise à la disposition de l’Union de prière pour y recevoir les Retraites annuelles et les diverses réunions de la Communauté. S’y trouvent aussi les bureaux et les archives de l’Union de prière, ainsi qu’une bibliothèque accessible à ceux qui le souhaitent.

 

§ 95      La maison de Boissier est aussi ouverte, en cours d’année, à des retraitants individuels, ou en petits groupes, qui désirent passer quelques jours dans le silence, la solitude, la prière, ou dans l’étude et la recherche spirituelle, dans le sens des quatre sujets de l’Union de prière. D’autres groupes, proches de notre spiritualité, peuvent également être accueillis.

 

§ 96      L’Union de prière, communauté de l’Espérance, liée à l’EPUdF, a pour adhérents des pasteurs et des laïques, des hommes et des femmes, des personnes mariées et des célibataires, des veufs et des veuves, appartenant à des Eglises et des institutions diverses, en France et hors de France.

 

 

Chapitre III - Comment devient-on ami, postulant ou membre

de l’Union de Prière ?

 

§ 97      L’Union de prière est  en communion avec « tous ceux qui aiment notre Seigneur JESUS CHRIST d’un amour inaltérable » (Ephésiens 6/24).

            Aussi inscrit-elle comme Amis les personnes qui, sans prendre aucun engagement envers elle, désirent recevoir les « feuilles de prières ». L’inscription comme Ami de l’Union de prière est faite jusqu’à la prochaine Retraite. Elle peut être renouvelée.

 

§ 98      Le nom de Postulant s’applique à deux catégories d’adhérents :

(a) Les personnes intéressées par l’Union de prière, et qui, ayant pris part à au moins une Retraite, s’ouvrent à la vie de notre communauté, envisageant la possibilité d’en devenir des Membres.

 

(b) Les personnes qui, de cœur, sont Membres de l’Union de prière, mais qui appartiennent à une Eglise ou à une communauté dont les règles ne leur permettent pas de remplir telle ou telle obligation de la Charte.

 

§ 99      Les  Postulants ont donc la faculté de délimiter eux-mêmes ce qu’ils mettront en pratique et ce qu’ils laisseront de côté, soit qu’il leur manque encore une conviction ferme sur tel ou tel point, ou qu’ils soient empêchés par d’autres engagements antérieurs.

 

§ 100    En ce qui concerne l’inscription des Postulants :

(a) A la fin de chaque Retraite, sont admis comme Postulants pour une année les personnes qui en font la demande.

(b) Sont inscrits comme Postulants pour une nouvelle année, d’une Retraite à la suivante, ceux qui en font la demande et y sont admis par le Directoire.

(c) Peuvent être inscrits, sans limitation de durée, par le Directoire, les Postulants de la catégorie (b) du § 98.

 

§ 101    Les Membres de l’Union de prière, sont des adhérents qui mettent en pratique l’ensemble de la Charte. L’inscription comme Membre est faite par le Directoire en réponse à la demande des Postulants ayant suivi au moins une Retraite. Toutefois, le Directoire peut inscrire des Membres qui, pour des raisons majeures, sont dans l’impossibilité de venir aux Retraites.

 

            Adhérer à l’Union de prière comme Membre, c’est adhérer de cœur à l’ensemble de la Charte, c’est-à-dire à un « Maranatha » (terme araméen signifiant : « Viens ! Seigneur » ou « Le Seigneur vient ») qu’impliquent les quatre sujets de prière vécus dans la participation à la vie de l’Eglise à laquelle on appartient (§102), la pratique de la Charité (Amour-Agapé) (§ 103) et un style de vie dans la résistance à l’Antichrist (§ 104 développé au chapitre IV).

 

§ 102    Une majorité des Membres de l’Union de prière se recrute dans l’EPUdF : les obligations religieuses sont avant tout pour eux la fidélité à cette Eglise, selon la patience qui rend la foi parfaite. L’Union de prière reçoit aussi des Membres qui n’appartiennent pas à l’EPUdF, pourvu que leur confession ne les oblige à aucune hostilité vis-à-vis de cette Eglise, et leur permette de remplir leurs obligations au sein de l’Union de prière.

 

§ 103    L’amour-agapê est mis en pratique entre les Membres de l’Union de prière, de manière à ce que rien ne vienne faire obstacle à l’unité des cœurs dans l’intercession. L’union des Membres s’inspire de l’esprit communautaire de la première Eglise de Jérusalem, au début du livre des Actes. L’amour-agapê préserve les Membres de se séparer des autres chrétiens ou de se diviser entre eux. Un esprit d’obéissance évangélique les y aide.

 

§ 104    L’Union de prière professe et recommande à tous ses adhérents un style de vie dans la résistance à l’Antichrist (ceci fait l’objet du chapitre IV). Ce style de vie exige, en notre temps, une vigilance particulière sur certains points, parmi lesquels le vêtement chrétien, le travail et l’argent, l’éducation et la culture.

 

§ 105    Beaucoup de Membres sont passés par l’immersion du Baptême en vue de l’Avènement du SEIGNEUR, et ont demandé l’imposition des mains pour le Baptême du Saint-Esprit. De ce fait, des charismes se manifestent dans l’Union de prière. Ces expériences spirituelles ne sont pas des conditions d’adhésion. Les Membres qui ne s’y sentent pas appelés sont pleinement libres à cet égard ; il leur est seulement demandé de respecter la liberté des autres, tant que ceux-ci demeurent eux-mêmes dans l’Amour-Agapê, au service de l’utilité commune.

 

§ 106    Comme il a été dit au § 84, les Membres de l’Union de prière s’unissent chaque jour dans la lecture biblique du matin et les prières récitées du matin et du soir. La prière quotidienne est guidée par une « feuille de prière », qui est envoyée à ceux qui en font la demande.

 

§ 107    Les Membres de l’Union de prière se feront une obligation de participer à une Retraite annuelle, aux réunions de zone et dans la mesure du possible à un groupe de prière (§ 90).

 

§ 108    Les Membres âgés, retraités ou infirmes, de l’Union de prière, dans l’impossibilité de participer aux Retraites, réunions de zone ou groupes de prière, demeurent des Membres à part entière au même titre que les plus jeunes ou les plus valides. Ils restent en communion de prière avec tous par les prières quotidiennes et les feuilles de prière. Ils sont plus particulièrement portés par l’intercession de tous.

 

§ 109    L’Union de prière n’est pas un mouvement de guérison, comme il en existe dans certaines Eglises, mais elle croit à la guérison par l’action directe de DIEU, appelée parfois « guérison divine » ou « guérison par la foi ». Elle ne saurait rester indifférente aux maladies, infirmités, accidents ou épreuves de ses Membres, Postulants et amis, ou des personnes recommandées à sa prière. Elle prie et intercède pour eux et pratique, dans certaines circonstances, l’imposition des mains aux malades et l’onction d’huile, recommandée par l’écriture (Jacques 5.13 – 18). Elle tient également en haute estime toutes les professions médicales et intercède pour ceux et celles qui les exercent.

 

§ 110    L’Union de prière, sans constituer d’ordre religieux, souligne la valeur du célibat chrétien, spécialement dans l’attente du Retour de JESUS. Elle donne, du même coup, sa pleine valeur au mariage chrétien, qui devient l’union de deux vocations en JESUS-CHRIST. Elle entoure de respect et d’affection les veufs et les veuves, qui vivent dans son sein.

 

§ 111    Il peut se former à Charmes même, et en différents points, des groupes de personnes, qui vivent d’une manière intense la vie et le service de l’Union de prière. Ces « serviteurs » et « servantes » ne se distinguent par aucune marque extérieure : ils sont simplement au service de tous.

 

§ 112    Parmi ces personnes qui servent l’Union de prière, il en est qui vivent dans une complète pauvreté pour le service de DIEU. Au sein de l’Union de prière, nous veillons sur ces « serviteurs » et « servantes », afin que personne ne manque de rien, et en particulier afin que le temps de la vieillesse et de la retraite soit pleinement assuré contre le besoin.

 

 

Chapitre IV -  Comment vivent les membres de l’Union de Prière

 

§ 113    La vie des Membres de l’Union de prière a déjà été précisée sur bien des points dans les chapitres précédents. A cela s’ajoute ce que l’Union de prière appelle « un style de vie dans la résistance à l’Antichrist ». Ce style de vie que l’Union de prière professe et recommande à tous ses Membres est un témoignage rendu, en notre temps, à la souveraineté de JESUS-CHRIST dans tous les domaines de notre vie privée ou publique.

 

§ 114    L’Union de prière encourage une « théologie du vêtement », d’après laquelle le corps baptisé tout entier en JESUS-CHRIST appartient à JESUS-CHRIST seul, en vue de la Résurrection. Le vêtement du chrétien est un signe de cette appartenance, dans la grâce. Nous ne permettons pas à l’Antichrist de nous l’ôter par morceaux. Le vêtement du chrétien est donc un témoignage rendu au baptême en vue du Retour de JESUS. C’est pourquoi l’Union de prière invite ses Membres à promouvoir autour d’eux un vêtement qui ne participe pas à un esprit de convoitise et d’idolâtrie du corps. L’Union de prière valorise l’idée de pudeur et bannit toute tendance au dévoilement excessif du corps.

 

§ 115    L’Union de prière n’a pas, comme l’ont certaines communautés, un costume uniforme, mais elle se distingue par la sobriété de l’habillement, sans négliger pour cela la recherche d’une vraie beauté, pourvu qu’elle soit en CHRIST.

 

§ 116    Les Membres de l’Union de prière veillent à la pureté de leur pensée, de leur regard, de leur langage et de leurs actes. Ils s’en tiennent, sans contrainte craintive, au principe d’être décemment vêtus dans toutes les circonstances de la vie quotidienne et plus particulièrement dans les réunions religieuses et les lieux de culte.

 

§ 117    Conformément au souhait du pasteur Dallière, les sœurs de l’Union de prière ont longtemps participé aux réunions religieuses la tête couverte (en particulier pendant les retraites) ; il était même recommandé que chacune trouve, si elle le pouvait, un moyen simple et seyant de garder la tête couverte d’une manière continuelle. Aujourd’hui, cette pratique est laissée au discernement de nos sœurs qui recevront du Seigneur l’attitude qui leur semble une juste obéissance à sa Parole. L’Union de prière estimant que cette théologie du vêtement ne concerne pas que les sœurs, invite également les frères à mettre eux aussi en pratique les paragraphes précédents.

 

§ 118    Le travail régulier, comme l’ordre social, doivent être maintenus jusqu’à l’Avènement du SEIGNEUR. Les Membres de l’Union de prière vivent donc une vie ordonnée et socialement utile.

 

§ 119    L’Union de prière ne coupe pas le croyant de la vie quotidienne et sociale, mais le fortifie dans l’accomplissement de toutes ses tâches et le soumet de cœur, en particulier à l’obligation du travail. Les exigences du métier et les devoirs professionnels définissent la place de chacun, ils nous protègent contre les spéculations ou les constructions illusoires de notre imagination.

 

§ 120    Cette manière de considérer le travail peut aider à trouver un chemin pour traverser l’épreuve du chômage et pour vivre le temps de la retraite. C’est pourquoi l’Union de prière recommande à tous une vie d’ordre et de labeur manuel et intellectuel. Elle maintient pour tous les exhortations de S. PAUL sur ce point (en particulier 2 Thessalonicien 3 / verset 11-12).

 

§ 121    Les Membres de l’Union de prière disposent de leur argent comme d’un bien qui leur est confié par le PERE Créateur de toutes choses. Ils le gèrent au service de leur famille et de la collectivité, en utilisant pour eux-mêmes la part convenable à chacun. Mais l’argent est aussi une des idoles les plus puissantes qui s’opposent à l’Evangile : cette idole doit être abattue dans le cœur pour que JESUS règne.

 

§ 122    Les Membres de l’Union de prière sont libres de posséder honnêtement tous les biens matériels dont ils se considèrent comme les gérants pour DIEU. Certains peuvent être appelés au dépouillement et à une pratique de la pauvreté par une vocation particulière.

 

§ 123    Il est pourvu à la vie matérielle de l’Union de prière par des offrandes mensuelles ou trimestrielles, ou en tout cas annuelles, qui  sont attendues de tous les Membres. Il y a place aussi pour des offrandes exceptionnelles qui sont formées dans le cœur sous l’inspiration de la grâce.

 

§ 124    L’éducation des enfants fait partie intégrante de la vie de l’Union de prière. Les petits ne sont jamais une gêne pour la spiritualité. A leur manière, eux aussi, doivent être prêts pour la Parousie, et ils nous aident à être prêts nous-mêmes. Les parents, sans brimer la liberté de leurs enfants, doivent résister aux influences antichristiques qui menacent de tout envahir. Dans la grâce et la sagesse, ils doivent exercer chez eux l’autorité que DIEU leur a donnée.

 

§ 125    L’Union de prière ne professe aucun mépris pour la culture qui, elle aussi, doit être maintenue jusqu’à la fin car elle nous enracine dans une mémoire qui structure notre vie et notre foi. Nous reconnaissons l’apport positif de la culture grecque (Ancien Testament traduit en grec, et Pères de l’Eglise), mais la culture hébraïque doit être redécouverte car elle est porteuse de la Révélation.

 

§ 126      Toutefois, nous constatons que la société occidentale moderne a rompu avec la culture classique et chrétienne et propose aujourd’hui des valeurs en rupture, voire en opposition à l’Evangile. Cela se traduit notamment par une idolâtrie de l’argent, du sexe, et de l’orgueil de la toute puissance. En même temps un nouveau paganisme s’est fait jour, produisant des spiritualités éloignées du Dieu révélé à Israël.

 

§ 127    La transmission de la culture aux jeunes est inséparable de l’éducation que l’Union de prière encourage au sein de la famille comme dans les écoles publiques et privées. Elle attend des conversions et des Baptêmes parmi les catéchumènes et les jeunes qui grandissent au milieu de nous, comme dans toutes les Eglises, ainsi que dans les champs d’Evangélisation et de Mission.

 

§ 128    L’enseignement sur le vêtement chrétien, sur le travail et l’argent, sur la culture et l’éducation s’inspire d’un principe de résistance à l’Antichrist. Ce principe s’étend à tous les domaines de la vie, à tous les problèmes de la morale chrétienne. Il ne conduit en aucune manière à mépriser la création de DIEU, qui resplendit de tant de beautés, ni à juger les hommes qui sont tous, en JESUS-CHRIST, l’objet d’une si grande miséricorde.

 

§ 129    L’Union de prière refuse dans le cœur de chacun de ses Membres toute confusion plus ou moins trouble entre le NON et le OUI, entre le mal et le bien, entre les ténèbres et la lumière.


Date de création : 29/01/2016 @ 15:54
Dernière modification : 29/01/2016 @ 15:54
Catégorie : Charte
Page lue 2710 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^