Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 237959 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 31+32

UNION DE PRIERE

Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                                     uniondepriere@gmail.com

IBAN : France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

Réunion de continuation du 1er mai

ATTENTION : cette rencontre (annoncée pour la zone de Lyon) n’aura pas lieu à Meysieu

Elle est remplacée par une rencontre zoom que vous pourrez rejoindre en cliquant ici.

ID de réunion : 857 0369 4399 / Code secret : 190582

   9h.       louange avec Laetitia et Serge Martorana.

   9h.45   étude de David Bouillon : Pourquoi les miracles ?

10h.45   présentation de livres par Matthias Helmlinger

11h.15   prière communautaire

11h.55   bénédiction finale

 

RETRAITE SUISSE - Pentecôte

Du samedi 22 mai (9h30) au dimanche 23 mai (17h) dans les locaux d’Emmaüs (Saint-Légier)

Retransmission par Zoom des principales réunions (le lien sera donné en temps utiles)

La rencontre est autorisée en présentiel (avec respects des précautions sanitaires) – Possibilité de loger sur place ; les repas sont assurés par une équipe de l’Union de prière. Possibilité d’arriver la veille et/ou de repartir le lundi. Pour les personnes qui viendraient d’en dehors de la Suisse, merci de vérifier en temps utiles les exigences sanitaires (par ex : https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae/representations-et-conseils-aux-voyageurs/fokus/focus5.html )

Des détails plus précis (programme et documents d’inscription) seront diffusés fin avril.

 

Rédacteur : Christian Jullien

Lundi 19 avril (livret de prière p. 95)                     1er sujet : le Réveil des Églises             Hébreux 7.20-28 | Ps 75

Notre texte souligne encore la différence entre le sacerdoce lévitique et celui de Jésus. Le sacerdoce de Jésus, notre grand prêtre, se distingue pour trois raisons : lui seul est attesté par le serment de Dieu, le Seigneur l’a juré, il ne reviendra pas sur cela : tu es prêtre pour l’éternité (v. 21) ; ensuite Jésus toujours vivant demeure éternellement, contrairement aux prêtres mortels ; enfin Jésus sans péché s’est offert une fois pour toutes. Cela aurait pu être suffisant, mais en outre il intercède pour ceux qui par lui s’approchent de Dieu. Notre propre intercession est suscitée et portée par celle de Jésus en notre faveur.

Seigneur, je prie pour mon Eglise, mon pays et plusieurs personnes que j’aime. Aide-moi à trouver le repos dans la certitude que tu répondras au moment opportun…*

Mardi 20                                      2ème sujet : le salut du peuple juif                                        Hébreux 8 | Ps 76

Le terme qui revient à de nombreuses reprises est celui « d’Alliance » (en grec : diatékè qui traduit l’hébreu berith). La longue citation de la prophétie de Jérémie (31.31ss) développe le thème de l’Alliance nouvelle déjà mentionné en 7.22. Cette alliance succède à la première Alliance (7). Bien que l’auteur la qualifie d’ancienne au verset 13, il n’emploie pas l’expression « ancienne alliance » mais « première alliance ». C’est en raison de la désobéissance du peuple à l’alliance du Sinaï que le Seigneur s’engage dans une nouvelle alliance. En premier lieu envers son peuple., avant de l’étendre aux nations.

Seigneur, enseigne-moi à chanter ton amour de façon régulière. Cela signifie que je ne me contenterai pas de penser à toi, mais je me réjouirai en toi.

Mercredi 21                                    3ème sujet : l’unité de l’Église                                   Hébreux 9.1-10 | Ps 77

La place qu’occupe la longue description du sanctuaire nous étonne. Pourtant elle n’est pas un errement de l’auteur. Par-là, il nous fait entrer dans une lecture typologique (et non allégorique) : une approche qui ne nie pas la réalité historique littérale mais y discerne une préfiguration de la nouvelle alliance (ce qui sera développé plus loin). Ceci révèle à quel point Dieu déroule son plan rédempteur pour l’humanité ; plan où collaborent son peuple et l’Église par leur obéissance à sa parole. 

Seigneur, enseigne-moi comment je peux aider l’Église à être le corps très divers, et pourtant uni qu’elle a été appelée à être. Aide-moi également à le faire de manière tout à fait désintéressée.

Jeudi 22                                    4ème sujet : l’avènement de Jésus                        Hébreux 9.11-22 | Ps 78.1-39

L’auteur poursuit son parallèle entre première et nouvelle alliance : « Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon ». Remarquons qu’il s’exprime au présent. Il évoque le grand jour des expiations où une fois l’an, le grand prêtre oignait de sang le propitiatoire, dans le lieu très saint, siège de la présence de Dieu. Avec Jésus, médiateur de la nouvelle alliance, s’accomplit la promesse. Désormais elle ne pourra être violée puisqu’elle découle d’un testament irrévocable. Les héritiers, dont nous sommes, sont au bénéfice de l’alliance par pure grâce.

Seigneur, un jour ta gloire se lèvera comme l’aube finale et mettra un terme à toutes les ténèbres et à toute l’obscurité. Lève les yeux de mon cœur pour qu’ils voient l’horizon.

Vendredi 23                                                La croix                                        Hébreux 9.23-28 | Ps 78-40-72

« Plusieurs fois, une seule fois, une seconde fois ». Ces expressions – venant respectivement deux, trois et une fois – soulignent trois périodes de la révélation. D’abord sous la Loi de Moïse, l’entrée annuelle du grand prêtre dans le saint des saints pour l’expiation du péché. Ensuite le sacrifice de Jésus lui-même offert une fois pour toutes. Enfin sa venue dans la gloire (dans l’original grec : il apparaîtra). Cette venue exaucera l’attente/espérance des croyants de tous les temps. Cohorte innombrable sur terre et dans les cieux.

Seigneur Jésus, tu es mort afin que j’échappe à la mort éternelle et tu es ressuscité afin que je vive pour toujours. Aide-moi à vivre tout au long de mes journées dans une espérance joyeuse.

Samedi 24                                   L’Église et les sacrements                                        Hébreux 10.1-18 | Ps 79

Le Seigneur Dieu annonce : « Je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités ». Il est vrai que la répétition des sacrifices d’expiation rappelait tout aussi régulièrement aux croyants la réalité de leur péché. Désormais le sacrifice de Jésus nous libère du sentiment oppressant de rechute permanente. Nous pouvons être libérés de la racine de tout péché : la rébellion envers Dieu. Mais nous demeurons pécheurs en pensées, en paroles et en actes envers le prochain. Comment en sortir ? La réparation, la repentance et la confession des fautes font partie du culte en esprit et en vérité que nous rendons au Seigneur. Et de ces péchés confessés et effacés, il assure n’en conserver aucun souvenir. Qu’il en soit de même de notre côté. !

Seigneur, je ne serai jamais capable de t’aimer comme je devrais, tant que je n’aurai pas renoncé à des amours concurrentes. Purifie mon cœur pour qu’il trouve en toi sa joie, par-dessus tout.

*Toutes les prières en italique sont extraites de l’ouvrage « Les Psaumes de Jésus », Timothy Keller, Ourania.

Rédacteur : Serge Jacquemus

Pour préparer ces méditations, je me suis souvent inspiré de T. Keller, Reddeemer Presbyterian Church (New-York).

Lundi 26 (livret de prière p.101)                   1er sujet : le Réveil des Églises                     Hébreux 10.19-31 | Ps 80

Nos assemblées ne sont pas des groupes d’individus mais des communautés qui nous relient organiquement "les uns aux autres" (v. 24-25), dans la louange, l’enseignement, la prière et le soutien mutuel. Est-ce cela notre vie d’Église ? Oui, si nous accédons au sanctuaire par le sang de Jésus, dans cette Présence réservée au Grand-Prêtre une fois par an. L’assurance du salut (v. 19-22) est le fondement de l’Église véritable (v. 23-25) : 

1       nous veillons les uns sur les autres pour nous aider à grandir ; 

2       nous nous exhortons à l’"agapè" et aux bonnes œuvres (pratiques, humbles et même cachées). Nous sommes responsables les uns des autres plutôt que de sombrer dans l’individualisme où chacun fait ce qu’il veut (Ulysse s’est fait attacher par ses marins pour résister aux sirènes) ;

3       nous nous encourageons les uns les autres (parakaléo : être à côté, consoler). 

"Nous avons pleine assurance" (v. 19) comme des enfants devant leur Père grâce au sang de Jésus. Approuvés, nous n’avons rien à prouver. Si je sais que Dieu m’aime, je ne vais pas chercher à être aimé mais à aimer les autres. La solitude est vaincue, le péché aussi, je peux m’approcher, j’ai confiance. Je suis accepté par la seule personne qui compte au monde. Jésus a été rejeté, trahi, abandonné à notre place pour que nous ayons la joie d’être en relation avec Dieu et avec les autres. C’est ça l’Église.

Notre Père, nous Te remercions de pouvoir, par cette prière, accéder à Ta présence et nous approcher les uns des autres. Fais des Églises de véritables communautés réveillées, à cause de l’amour et du sang de Jésus.

Mardi 27                                   2ème sujet : le salut du peuple juif                                  Hébreux 10.32-39 | Ps 81

Nous sommes placés entre les biens de ce monde toujours disponibles et les "biens meilleurs, qui durent toujours", infiniment plus précieux à nos cœurs pour vivre une vie de foi dans le Sanctuaire, sous l'action puissante de notre Souverain Sacrificateur. En Lui, les biens terrestres perdent leur attrait et nous pouvons demeurer fermes jusqu'à la fin. N'abandonnez pas votre assurance (v. 35) pour un plat de lentilles et attachez-vous à votre Souverain Sacrificateur (4, 15-16), et à Son Sang (10, 19). Pas de foi authentique sans persévérance dans l'accomplissement de la volonté de Dieu, à la suite de Jésus qui vient.

La proximité du retour du Seigneur met au cœur de notre vie tout entière la parole essentielle d'Habacuc (2, 3-4) citée en Ro 1.17 et Gal 3.11. La prédication du salut par la foi ne contient pas seulement le pardon et la justification mais une vie de foi dans les moindres détails car "encore un peu de temps et Celui qui doit venir viendra. Il ne tardera pas" (v. 37)

Père, que la nourriture quotidienne d'Israël et de l’Église soit la sanctification par la foi, la vie en Christ par la foi, et l'espérance de la Venue du Messie par la foi.

Mercredi 28    3ème sujet : l’unité de l’Église         Hébreux 11.1-7 | Ps 82

Ici commence l’hymne à la foi, semblable à l’hymne à l’amour de 1 Co 13. Les personnages du Premier Testament nous montrent combien la foi est une réalité pratique. Tout ce que nous faisons est un acte de foi en trois étapes où nous commençons par réfléchir pour comprendre puis nous prenons une décision et

 

enfin nous nous engageons dans l'action qui débouche sur la certitude. D'abordpar la foi nous comprenons (v.3). Nous ne sommes ni des animaux ni des machines. La foi consiste à ceindre les reins de notre intelligence (1 Pi 1.13).

Ensuite, la foi est une conviction, la garantie des biens espérés, … la conviction des réalités (pragmaton) non vues(v. 1). La foi consiste à s'appuyer sur les réalités que Jésus a accomplies, que je n'ai pas vues mais qui déterminent ma vie concrète.

Enfin, la foi est un engagement : On ne s'engage pas parce qu'on a la certitude mais pour avoir la certitude après avoir eu la compréhension et la conviction. Sachant tout ce que Jésus a dit et accompli, un chrétien engage toute sa vie sur ce fondement. Alors il peut dire "Je suis certain de la vérité des choses que je n'ai pas vues".

Notre Père que toutes les Églises réalisent qu'elles ne croient pas comme elles le devraient et qu'elles s'unissent dans cette prière : "Viens au secours de notre incrédulité". Que tous les chrétiens fassent un pas de plus vers la foi réelle et vivent en conformité avec ces réalités invisibles jusqu'à parvenir à l'unité de la foi et de la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.

Jeudi 29                                     4ème sujet : l’avènement de Jésus                                  Hébreux 11.8-16 | Ps 83

Nous sommes comme Abraham étrangers … attendant la ville de Dieu (v. 8, 10, 16). Dieu a créé la nature mais la ville n'est pas créée par le diable. Selon Ap 19.20, 21, Dieu habitera au centre-ville de Jérusalem là où se trouvent tous les peuples, tous les métiers et toute l'activité humaine. Paul a travaillé pour Dieu dans les grandes villes et Jérémie contredit les faux-prophètes en disant : Bâtissez des maisons dans Babylone … multipliez et ne diminuez pas, recherchez le bien de la ville, priez l'Eternel en sa faveur (Jr 29.4-7).

C'est l'Évangile. Ni le légalisme ni le paganisme. Ce n'est pas confortable d'être étranger dans de grandes villes métropoles sécularisées et multiculturelles mais c'est là qu'on travaille le mieux pour Dieu. A condition de rester étranger et libre des idoles actuelles comme Abraham et nos pères dans la foi qui moururent sans voir la réalisation des promesses … parce qu'ils sont à la recherche d'une patrie meilleure, la patrie céleste (v. 13-16). Au plus nous cherchons les choses d'en-Haut, au plus nous sommes efficaces envers les terrestres. C'est ce que Jésus-Christ a fait en s'incarnant. Il a pleuré sur Jérusalem pour que nous devenions citoyens des cieux (Phil 3.20) et entraînions Israël et l’Église à attendre la Jérusalem céleste qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l'Architecte et le Constructeur (v. 10).

Père, envoie Ton Esprit sur Ton Eglise afin qu'elle suive à sa petite mesure l'incarnation, la mort et la résurrection de Ton fils et qu'elle éprouve la joie de Celui qui dit : "Que Ton Règne vienne, que Ta volonté soit faite et pas la mienne".

Vendredi 30                                                La croix                                                Hébreux 11.17-22 | Ps 84

Dieu met Abraham à l'épreuve pour le faire grandir et le diable a mis Job à l'épreuve pour le perdre. Les tests - comme la discipline (Hb 12.11) - ne sont pas agréables mais ils constituent une formation indispensable. Dans le test, l'ordre ("Offre ton fils en holocauste" (Gn 22.2)) semble contredire la promesse ("c'est par Isaac qu'une descendance te sera assurée" Gn 21.12 ; Hb 11.18). Nous en faisons tous l'expérience : la volonté de Dieu n'est pas la nôtre. L'obéissance d'Abraham le conduisait à la mort mais il se disait que Dieu est capable de ressusciter Isaac (v. 19) alors qu'il aurait pu se dire "un Dieu d'amour ne demanderait pas ça". Mais il accepta la discipline et l'entraînement de son "coach" divin. Isaac était la prunelle de ses yeux mais le péché en avait fait ‘son tout’, une idole dont il était esclave par son amour possessif. Les bonnes choses sont des pièges plus terribles que les mauvaises, car elles pompent notre énergie et même notre confiance en Dieu. Toute dépendance qui remplace notre confiance en Dieu nous rend esclaves, amers et désespérés (Jr 17.5-8). C'est pour nous en libérer que Dieu nous met à l'épreuve. Abraham obéit, d'abord parce qu'il réfléchit sans présomption à ce que Dieu pourrait faire (la résurrection) même si ça le dépasse complètement (Ro 1.25) ; ensuite parce qu'il croit que Dieu se pourvoira Lui-même de l'agneau pour l'holocauste (Gn 22.8). Alors Dieu lui dit N'avance pas la main ; maintenant je sais que tu crains Dieu(Gn  22.11). Nous savons, mieux qu'Abraham, que Dieu a pourvu de l'agneau au Calvaire, à côté du Moriah et qu'Il n'a pas dit : "N'avance pas ta main". Dieu a fait ce qu'Abraham n'a pas fait. Maintenant nous savons que "Dieu n'a pas épargné son propre Fils (Gn 22.16) mais l'a livré pour nous tous". Comment, avec Son Fils ne nous donnera-t-il pas tout ? (Ro 8.32). Maintenant nous savons à quel point Dieu nous aime, mais il faut toujours obéir par la foi car c'est " de loin" qu'on voit "la montagne de l'Eternel où il sera pourvu" (Gn 22 4.14). Qui perd sa vie pour l'Evangile la retrouvera car le Fils de l'Homme vient (Mt 16.25).

Merci Père, de nous avoir aimé au point de nous donner Ton Fils. Donne-nous de voir nos tests à cette lumière où Ton Fils n'a pas reculé sur la croix et où personne n'a dit "N'avance pas ta main". Qu'un tel amour nous rendre capables d'obéir dans les épreuves de la vie et ainsi de grandir dans nos cœurs pour Toi.

Samedi 1er mai                              L’Église et les sacrements                                   Hébreux 11.23-31 | Ps 85

Nous nous retrouvons tous par Zoom aujourd'hui grâce à la zone lyonnaise

En considérant l'opprobre du Christ plus précieuse que les trésors de l'Égypte, Moïse a fait le choix de la foi, des choses invisibles, éternelles et célestes. Plus notre foi se prononcera énergiquement pour l'invisible, plus grande sera sa force. Nos yeux accordent trop d'importance aux choses qui passent. C'est "l'obsession du visible" disait Monsieur Dallière. Moïse se montra ferme, comme voyant Celui qui est invisible (v. 27). C'est la force de la foi qui voit resplendir sur toutes choses la clarté divine de l'éternité. Voir Celui qui est invisible rend facile d'abandonner l'Égypte de ce monde.

Père, nous nous remettons pleinement à cette vie céleste que nous révèle Jésus. Rends notre foi capable de discerner la valeur réelle des choses, dans le recueillement solitaire et la communion avec l'invisible. Apprends-nous à obéir à Ta volonté afin que nous aussi, nous nous montrions fermes, comme voyant Celui qui est invisible.


Date de création : 13/04/2021 @ 08:21
Dernière modification : 13/04/2021 @ 08:21
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 151 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^