Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 237945 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 29+30

UNION DE PRIERE

         Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                                       uniondepriere@gmail.com

 IBAN : France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

La semaine de Pâques porte en grec un très beau nom : la «semaine du renouvellement ». Ce nom convient à tout le temps pascal. Jésus a voulu mourir et ressusciter au seuil du printemps. De même que Noël coïncide avec la victoire de la lumière du soleil sur les ténèbres, avec le début de la croissance des jours, Pâques coïncide avec le renouveau de la nature, avec l'apparition de la verdure et des fleurs. L'univers est un symbole des réalités spirituelles. Le printemps nous parle — si nous savons interpréter la création de Dieu — de renouvellement intérieur. Il y a un printemps de l'âme. Pâques, comme le printemps de la nature, nous apporte un message d'espérance. La Résurrection de Jésus nous dit que nous pouvons «être changés». Il nous faut sentir la «verte nouveauté» du temps pascal, à laquelle s'appliquent si bien certaines paroles des saintes Écritures : «Purifiez-vous du vieux levain pour être une pâte nouvelle, puisque vous êtes des azymes... Car notre Pâque, le Christ, a été immolée. Célébrons donc la fête, non pas avec du vieux levain... mais avec des azymes de pureté et de vérité». 

«Si donc quelqu'un est dans le Christ, c'est une créature nouvelle; l'être ancien a disparu, un être nouveau est là». 

«... Afin que, comme le Christ est ressuscité des morts... nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle ... de manière à servir dans la nouveauté de l'esprit et non plus dans la vétusté de la lettre» «Comme des enfants nouveau-nés. Désirez le vrai lait spirituel, afin de croître pour le salut ». 

Rédacteur : David Bouillon

Lundi 5 avril (livret de prière p. 83)                       1er sujet : le Réveil des Églises                     Luc 24.13-35 | Ps 63

Commenter le récit des disciples d’Emmaüs depuis le lieu d’une école biblique longtemps appelée Institut Emmaüs (aujourd’hui HET-PRO) est un joli clin d’œil. J’aime aussi méditer ce texte en regardant les œuvres du peintre Arcabbas (nombreuses ressources sur Internet). Ce passage peut être approfondi en se centrant sur les émotions : tristesse (v. 17), étonnement (v. 18, 22), espérance (v. 21), insistance et bienveillance (v. 29)… On peut aussi être attentif aux corps et aux organes des sens : les pieds et la marche descendante puis montante pour faire retour à Jérusalem ; les yeux fermés puis ouverts (vue), les oreilles (ouïe) qui entendent la leçon de catéchisme ou le message des femmes allées au tombeau ; la bouche (goût) qui reçoit le pain que les mains (toucher) du mystérieux compagnon ont béni ; le cœur dont la flamme intérieure est ravivée. Conclusion : Jésus n’est pas un concept car il se manifeste à nous dans toutes les dimensions de notre être ; la résurrection n’est pas un mythe car elle libère ces hommes de toutes leurs illusions. Christ est ressuscité : il est vraiment ressuscité ! PS : Le Réveil des Églises n’est-il pas éclairé par ce texte ?

Mardi 6                                   2ème sujet : le salut du peuple juif                                           Luc 24.36-53 | Ps 64

L’Évangile de Luc commençait dans le temple et c’est là aussi qu’il se conclut (v. 53). Le temple pour le Premier Testament est le grand symbole de l’espérance d’Israël, espérance qui n’est pas que terrestre ou politique, qui n’est pas non plus religieuse ou idéologique, mais espérance d’une création ou le visible et l’invisible dialoguent en harmonie. Le temple est le témoin de la victoire du Dieu-Trois-Fois-Saint sur les dissonances que l’adversaire cherche à partout semer. C’est pour cela qu’il n’y a plus de temple dans la création nouvelle à la fin de l’Apocalypse (21.22) mais Dieu « tabernaclera » avec les humains (21.3) comme Jésus « tabernacla » avec son peuple (Jean 1.14). Nous pourrions lire le dernier verset de Luc comme un détail anecdotique. Mais nous pouvons aussi y voir l’annonce de ce que sera pour nous tous la vie éternelle : une infinie louange, une action de grâce sans fin.

Mercredi 7                                      3ème sujet : l’unité de l’Église                                                 Josué 1 | Ps 65

Nous abordons la lecture d’un livre mal-aimé en raison de la violence qui s’y déploie, violence qui serait justifiée par Dieu lui-même. Pourtant Josué porte un prénom quasi identique à celui de Jésus (Yehoshua / Yeshoua). La mission que Jésus confiait hier (Luc 24.46-49) aux disciples est-elle si différente de celle dont Josué sera l’exemple ? Dans les deux cas, il faut aller avec la force reçue de Dieu ; l’horizon de la mission est bien plus vaste que leur petit cadre de vie ; pas de réussite sans fidélité aux enseignements reçus (ceux de Moïse ou de Jésus). L’infidélité sera punie de mort ! Cela effraie mais ne retrouve-t-on pas cela dans la communauté naissante quand Ananias et Saphira meurent à cause de leur duplicité (Ac 5) ? Notre Charte aussi n’a pas crainte de parler de conquête et de marche en avant (§ 17-18) et nous avertit des oppositions prévisibles des Pilate et Caïphe actuels. L’Union de prière doit donc, elle aussi, aller de l’avant avec la force qu’elle a reçu.

 

Jeudi 8                                                                                      4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection       Josué 2 | Ps 66

Un mouvement féministe français s’est donné comme nom « Ni P… ni soumise ». Rahab était P… et se révèlera soumise au projet du Dieu d’Israël. Sa foi lui vaudra de figurer dans la liste des ancêtres du Messie (Mt 1.5). Mais ce texte ne justifie ni ne blâme une femme pour ses choix personnel. La Bible est claire sur les conséquences destructrices de l’esprit de prostitution, qu’il soit sexuel ou religieux idolâtre. L’intérêt du récit est de rappeler que le dessein de Dieu s’accomplit souvent par l’appui inattendu d’hom-mes et de femmes étrangers à l’élection d’Israël. La maison de Rahab est une préfiguration de la maison de Corneille (Actes 10). Elle sera même adjointe à Israël grâce au serment des deux espions israélites (2.14 ; 6.25). En ces temps où l’antisémitisme s’accroît, prions que Dieu suscite de nombreuses Rahab.

Vendredi 9                                                           La Croix                                                         Josué 3 | Ps 67

« Au bout de trois jours » (v. 2) : en cette semaine qui prolonge Pâques cette durée devrait nous parler. Sorti du tombeau au matin du troisième jour, Jésus se présente comme le Vivant. Pour les Israélites, Dieu va se manifester comme le Vivant au milieu d’eux (v. 10). Au contraire des peuples idolâtres qui célèbrent la vie par des cultes orgiaques et déréglés (comme dans nos carnavals), Israël adore le Dieu vivant avec ordre, respect et obéissance aux commandements. Nous pourrions aussi lire dans ce texte le fait que Dieu ne rechigne pas à répéter ses hauts-faits : les eaux de la Mer des Roseaux comme celles du Jourdain s’ouvrent pour que le peuple passe à pieds secs. Jésus aussi a répété multiplication de nourriture, guérison et résurrection. Ce ne sont pas des trucs ou des recettes, encore moins des tours de passe-passe, mais le signe que le Dieu vivant est le même hier, aujourd’hui et demain.

Samedi 10                                          L’Église et les sacrements                                                Josué 6 | Ps 68

La liste de la Ligue pour la Lecture de la Bible nous fait sauter 2 chapitres et nous place aujourd’hui face à Jéricho. Comme d’autres villes de la Bible, la cité se croit forte et imprenable. Elle symbolise cet orgueil qui est la racine de toutes les maladies spirituelles. Si nous avions eu César à la place de Josué, la prise de la ville aurait été un affrontement de pouvoirs humains. Sans doute les légions auraient, comme à Massada, déployé toutes les ressources du génie militaire pour finir par prendre la ville. Mais Josué n’est pas César. Il s’efface même comme chef pour laisser place aux prêtres et à travers eux à la puissance spirituelle. Paul le dira à sa façon aux Éphésiens : Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang… (6.12). Au terme de cette semaine après Pâques, c’est plus que jamais le message de la Croix et de Pâques : Jésus s’est manifesté pour détruire les œuvres du diable (1 Jn 3.8). Fin mars, une rencontre de partage et de prière du R3 (l’équivalent suisse des Attestants) a souligné ce point : l’époque présente nous fait mesurer l’acuité du combat spirituel. L’heure n’est plus d’un christianisme bon-enfant ou honteux, mais le Seigneur attend une Église de résistants et de combattants. C’est aussi la conclusion du premier sujet de prière de la Charte : § 16 "Reprenant une image de Péguy, l’emblème du Réveil, pour l’Union de prière, est « une forteresse au péril de la mer », un Mont Saint Michel, roc bâti pour la prière et battu par les flots."

Rédacteur : Alexandre Paris

Lundi 12 avril (livret de prière p. 89)                         1er sujet : le Réveil des Églises                        Josué 7 | Ps 69

Ce chapitre est un dénouement typique de notre Ancien Testament : une faute humaine attire le malheur. Il faut que le fauteur soit puni par la mort et le feu pour ramener la normalité. Oui, en un sens, la terreur paye… Mais est-elle un bon moyen pédagogique de développement ? Heureusement que Jésus a dépassé à Pâques cette culpabilité établie, et que l’Esprit-Saint nous inspire une attitude plus sensible et généreuse.

Quel est ton rappel visible de la victoire de Pâques (v.26) ? 

Prions pour le Réveil de vie dans nos Eglises.

Mardi 13                                  2ème sujet : le salut du peuple juif                                 Hébreux 4.14-5.10 | Ps 70

Cette explication à des Juifs (ou Hébreux !) est grandiose, elle encourage notre prière du deuxième sujet. Elle nous rend humbles et respectueux : en vérité, notre amour et notre reconnaissance pour Jésus passent par toute l’histoire d’Israël.

Prions pour nos amis juifs, pour ce peuple et cette nation, car Jésus est devenu en vérité "la cause de leur salut éternel !" (v. 9).

 

 

 

Mercredi 14                                    3ème sujet : l’unité de l’Église                                  Hébreux 5.11-6.8 | Ps 71

Le catéchisme de cette épître a six têtes de chapitres (v.1-2) qui ont donné lieu à bien des discussions. Ce n’est ni un traité doctrinal, ni un jugement prononcé. C’est plutôt un sermon avec de vigoureuses mises en garde, et qui a pour but de fortifier ses lecteurs.

Notre sujet de prière du mercredi est semblablement difficile : Qu’est-ce que l’Unité ? Comment y travailler ? Quels obstacles ? Quelles vraies étapes ? 

Viens à notre secours, Christ à la robe sans couture !

Jeudi 15                     4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection                          Hébreux 6.9-20 | Ps 72

Notre quatrième sujet de prière est bien comparable à cette ancre (v. 19) de notre âme, bien fermement fixée, au-delà du voile, par Jésus le Ressuscité ! Notre prière nous apporte un encouragement puissant, à nous qui avons tout laissé pour saisir l’espérance proposée (v. 18).

Comme Abraham, persévérons pour voir se réaliser la promesse (v. 15).

"Viens Seigneur, viens bientôt. Maranatha !

Vendredi 16                                             La Croix                                                        Hébreux 7.1-10 | Ps 73

Notre lecture forme un paragraphe dont la fin fait écho au commencement. C’est une composition très réussie d’inclusion, courante dans notre épître. Il est fait allusion à Gn 14.17-20. Conformément à un principe d’exégèse rabbinique, l’auteur trace un portrait du roi et y reconnaît une préfiguration de Jésus-Christ ressuscité (v. 8, 15-17, 23-25) !

Adorons dans la prière le sacerdoce du Christ qui nous sauve par la Croix… Adorons !

Samedi 17                                                                                                                 Hébreux 7.11-19 | Ps 74

Béni soit notre Seigneur qui nous introduit dans une espérance meilleure, par laquelle nous approchons de Dieu (v. 19). En ce jour de sabbat, méditons sur notre manière de rendre un culte à notre Dieu par notre engagement dans l’Union de prière et sa liturgie reçue.

Viens nous visiter Seigneur, et ouvre-nous à ta présence, Saint-Esprit. Demeurons dans la bénédiction du Père, pour le célébrer demain comme il le convient. Alléluia. Amen.


Date de création : 07/04/2021 @ 08:06
Dernière modification : 07/04/2021 @ 08:06
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 136 fois


^ Haut ^