Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 233575 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 25+26

UNION DE PRIÈRE

    Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHÔNE

                                     uniondepriere@gmail.com

                CCP France : 6 649 68 P Lyon ; Suisse : 14-761280-9

Rédacteur: Matthias Helmlinger

Lundi 8 mars (livret de prière p. 63)                     1er sujet : le Réveil des Églises                  Hébreux 4.1-13 | Ps 40

Pour les Hébreux, obéir à l’évangile, c’était accepter d’entrer dans la terre de Canaan qui leur était donnée par le Seigneur. Toute une génération ne l’a pas voulu. Mais Dieu a de la suite dans les idées. "Aujourd’hui" cet évangile parvient à nos oreilles. Cette parole nous entraîne à être offerts en holocauste à la suite de Jésus-Christ. En effet, la Parole découpe très précisément. C’était le travail des sacrificateurs dans le temple. Notre vie sera ainsi donnée au Père, corps, âme, esprit, comme celle du Christ. C’est notre repos pour "aujourd’hui". Voulons-nous ce repos ou préférons-nous l’oppression égyptienne avec les garanties concrètes que donne la réduction en esclavage ?

Dans le Ps 40, une personne déjà secourue par le Seigneur, a une nouvelle fois besoin de ce secours. Elle vient devant le Seigneur comme elle est, se donnant toute entière et elle lui dit : tu m’as creusé des oreillesPrions : Merci Jésus, de nous permettre d’écouter profondément tout ce que tu dis. Amen.

Mardi 9                                        2ème sujet : le salut du peuple juif                                       Luc 19.28-40 | Ps 41

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur : cela a déjà été dit à Jésus à Jérusalem, et Jérusalem le lui dira encore une fois, une dernière fois Lc 13.55. Les deux acclamations sont indissociables. L’une appelle l’autre. Nous avons accueilli Jésus une première fois et ce fut notre conversion. Nous l’accueillerons une nouvelle fois, et ce sera la résurrection finale. Dans le temps intermédiaire entre ces deux acclamations, le Roi de Jérusalem ne demande qu’à venir en quiconque en fait la demande ; il recevra une paix qui s’étend de la terre jusqu’au ciel d’où elle est venue et où elle est repartie.

Le Ps 41.1 proclame le bonheur à qui fait réussir en direction d’un pauvre (traduction littérale)Prions : Jésus, nous te proclamons bienheureux, car tu donnes la réussite au pauvre, à qui est démuni et sans ressources. Amen.

Mercredi 10                                      3ème sujet : l’unité de l’Église                                  Luc 19.41-48 | Ps 42-43

Jésus pleure sur sa capitale. Jésus rétablit le temple, le cœur de sa capitale, dans sa vocation première : lieu de prière. Jésus y enseigne et tout le peuple est suspendu à ses lèvres. Jamais le temple de Jérusalem n’a été détruit sans qu’un prophète n’ait annoncé préalablement sa destruction… et sa reconstruction. Le prophète qui a annoncé la dernière destruction du temple de Jérusalem, c’est Jésus, qui reste solidaire du destin d’Israël son peuple. Puisqu’on a fait disparaître la capitale de son peuple, Jésus disparaîtra lui aussi. Mais Israël est vivant, car son Seigneur, Jésus est vivant.

Les Ps 42-43 parlent d’un acharnement contre la maison de prière que nous sommes. Trois fois Ps 42.5, 12 ; 43.5, la personne priante doit se dire à elle-même : pourquoi t’abats-tu mon âme et gémis-tu au-dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore… !Prions : Merci Jésus, de ne pas permettre que la maison de prière que je suis soit détruite à cause du trop-plein de souffrances. Tu ne l’as pas voulu pour Jérusalem et tu ne le veux pas pour moi. Merci Jésus ! Amen.

Jeudi 11                                      4ème sujet : l’avènement de Jésus                                          Luc 20.1-8 | Ps 44

Jésus a pris le baptême de Jean, parce que le ministère prophétique de Jean venait du ciel. Tout Israël devait passer par le baptême de repentance de Jean. Jésus y est donc passé aussi : ainsi Israël et Jésus ne font qu’un. Oui, mais certains ont préféré rester en marge. Ils viennent interroger Jésus. Ils veulent savoir d’où il tient cette autorité qu’il exerce si ouvertement, en enseignant directement dans le temple. Ce n’est pas n’importe qui qui peut enseigner au cœur même de ce qui constitue Israël. Faut-il vraiment répondre à ceux qui veulent rester en marge ? Ils restent en marge parce qu’ils se croient au cœur de la réalité instituée par Dieu en ce monde, Israël. Ils se croient le centre et disent que c’est Jean et ses disciples qui sont en marge. Il y a cinquante ans, une effusion mondiale de l’Esprit Saint a eu lieu chez les marginaux, les drogués, et même les « hommes d’affaire », et ce mouvement de l’Esprit a été accueilli par certains dans l’Église. D’autres veulent encore considérer ce phénomène charismatique comme marginal. Et aujourd’hui ? 340 millions de chrétiens souffrent de persécution violente au quotidien parce qu’ils témoignent, ne fût-ce que par leur présence. Phénomène marginal ? Ou au contraire cœur de l’Église, centre de gravité ?

Dans le Ps 44.27, le croyant évoque les actions salvifiques du Seigneur par le passé et la détresse présente où il se trouve avec son peuple. Il prie : Seigneur, lève-toi ! Prions : Seigneur, lève-toi ! Vois la détresse des chrétiens persécutés ! Que dans le monde entier ton Règne vienne toucher les cœurs, que tous mettent genou à terre devant le Roi, Jésus !

Vendredi 12                                                  La Croix                                                          Luc 20.9-19 | Ps 45

Dieu le Père a une vigne, dont il ne change pas. Il peut changer de vignerons, si nécessaire. Les douze apôtres de l’Agneau sont nos vignerons. C’est une tâche exigeante que Dieu le Père délègue ainsi. En général, un vigneron ne sous-traite pas à d’autres le soin de continuer ce qui lui a coûté tant de peine et d’investissement. Dieu, si ! Quelle confiance il nous fait ! Mais on peut oublier qu’on n’est pas propriétaire de l’Église, de nos frères et sœurs. Serge Jacquemus, au culte du 19 février, nous a parlé de la fonction de berger, similaire à celle du vigneron. Nous sommes peu ou prou bergers d’autres personnes. Cette fonction s’exerce en indiquant une direction et en cultivant une relation. La direction, c’est la vérité qu’est Jésus-Christ. Cette vérité ne pouvant être imposée, elle doit être proposée au sein d’une relation. Des vignerons ont cassé la relation avec le propriétaire, tuant son Fils. Ce Fils est devenu la pierre d’angle de toute relation.

Le Ps 45 est le « Cantique des cantiques » du livre des Psaumes. Le Roi s’est épris de ta beauté (v. 12). L’Épouse de l’Agneau arrive toute belle, sans tache, ni ride Ep 5.27 dans le palais royal. Mais comment est-ce possible que nous devenions si beaux ? Par le sang de l’Agneau Ap 7.14. L’Agneau a combattu comme un véritable lion pour nous faire accéder à la beauté de son "humilité-justice" (v. 5) (deux mots reliés par un trait d’union en hébreu ; on peut aussi traduire : « douceur-justice »). Le cœur de l’Épouse a été séduite par la beauté de l’humilité-justice de l’Agneau allant vers la croix. L’Agneau est son héros préféré.

Samedi 13                                        L’Église et les sacrements                                           Luc 20.20-26 | Ps 46

En se sortant avec maestria d’une question-piège concernant l’impôt à verser ou non à l’occupant romain, Jésus a gagné quelques précieuses heures de plus pour continuer à enseigner dans le temple. Dès que Jésus a commencé son enseignement, le temps lui était compté, en raison de l’opposition violente de mensonge-mort. Mais ces quelques deux-trois ans que Jésus aura enseigné sont suffisants pour vaincre les forces de mensonge-mort jusqu’à la fin des temps. Un mot de vérité est plus fort que des milliers de mensonges. Avec internet, les milliers de mensonges peuvent même devenir des milliards en quelques minutes. La Vérité a parlé. Elle a eu peu de temps, mais c’est suffisant. Le monde entier ne pourrait contenir les livres qu’il faudrait écrire, si on voulait écrire tout ce que Jésus a fait Jn 21.25

Ps 46.12 : lâchez prise, et sachez que Moi je suis Dieu… Dieu TSeBa’oTH… Dieu de Jacob…Prions : Jésus, je lâche prise, je ne peux contrôler les paroles de mensonges qui tournicotent dans ma tête, qui remplissent l’air que nous respirons ; mais tu es la Vérité qui a parlé et toutes les forces humaines, les forces de la création ou les forces spirituelles invisibles, ne pourront empêcher ta Parole d’être vraie à mon égard. Père, merci pour cette sécurité d’être ton fils. Amen.

Lundi 15                       1er sujet : le Réveil par des conversions authentiques                        Luc 20.27-40 | Ps 47

On voit les sadducéens discuter ici avec Jésus. Jésus est sur leur terrain : le temple. Ils ne reconnaissent pas la tradition orale, alors que, sans tradition orale, l’Écriture ne reste pas vivante. Ils ne croient pas à la résurrection, alors qu’elle est une évidence pour le pharisien qu’est Shaoul, même avant sa conversion, qui en fera l’apôtre Paul. Jésus voit la résurrection comme évidente dans la façon dont le Seigneur se présente à Moïse au buisson ardent : le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob Ex 3.15. Jésus ajoute : Dieu n’est pas Dieu des morts mais des vivants ; tous en effet, vivent pour Lui. Le verset cité par Jésus fait partie de l’Écriture archi-connue, admise par les sadducéens. De même, c’est l’œuvre du Saint-Esprit quand un verset que nous connaissions par cœur depuis longtemps, s’ouvre tout à coup, déversant son flot de vie. Écriture et contrat de mariage sont deux mots très semblables en hébreu : "KeTHiBaH", "KeTHouBaH". Au-dessus d’Albertville existe un chalet construit par des chrétiens pour accueillir des chrétiens désirant faire retraite. L’homme qui en a eu l’idée, a reçu en vision une inscription hébraïque (il ne connaissait pas l’hébreu) désormais gravée sur le linteau de la cheminée de ce chalet : "‘éL KeTHouBaH", "Dieu de l’acte de mariage".

Ps 47.3 : le Seigneur est terriblement haut, Grand Roi sur toute la terre. C’est à exprimer avec des "chants", de la "musique" et des "bans joyeux".

 

Mardi 16                                      2ème sujet : le salut du peuple juif                                    Luc 20.41-21.4 | Ps 48

Comment le Seigneur Dieu qui a choisi David comme roi sur Israël, peut-il être en même temps un fils, un descendant de David ? Comment David peut-il invoquer son Dieu Créateur en le voyant parmi ses fils, ses descendants ? C’est la question que Jésus pose à partir du Ps 110. Nous ne pourrons jamais comprendre le mystère de l’Incarnation du Fils de David dans la vierge Marie. Ce dont on vit, il n’est pas nécessaire de le comprendre, puisqu’on en vit. Notre foi est une vie qui vient de l’Incarnation du Seigneur Dieu qui est Jésus Fils de David.

La pauvre veuve a jeté dans le tronc des offrandes son manque, toute la vie qu’elle avait v. 4, traduction littérale. De quoi est-ce que je manque ? De temps ? Tiens ! je vais le donner au Seigneur. Il me manque toutes ces années perdues sans penser au Seigneur ? Il me reste seulement un tout petit bout de vie à vivre ? Tiens ! je vais le donner le Seigneur. Pour Lui, ça ne passe pas inaperçu.

Ps 48.13 : vous raconterez Sion à la dernière génération. André Neher : « jamais l’exil n’a été pour moi une marche déboussolée. Jamais, dans les pires fuites, je n’ai été un nomade sans repères. Jamais je n’ai été le Juif errant, car toujours j’ai été le pèlerin de Jérusalem. Chacune des errances, de mes pensées, était orientée. L’exil lui-même était une route, la route du retour à Jérusalem ».

Mercredi 17                                    3ème sujet : l’unité de l’Église                                            Luc 21.5-24 | Ps 49

Ce qui est important, c’est de ne pas confondre une imitation avec l’original. Pour des objets archéologiques ou des œuvres d’art, seuls les spécialistes s’y connaissent. En ce qui concerne Jésus-Christ, il est important de devenir des spécialistes. Il est sans cesse imité. Ce qu’il a dit, ce qu’il a fait, ce qu’il est même, est imité depuis le départ. JE SUIS, le temps s’est approché(v. 8) sont des paroles mêmes de Jésus, reprises par d’autres. Même sa résurrection sera imitée Ap 13.3. J’ai, avec d’autres, pensé que Jérusalem n’est plus foulée aux pieds par les Nations depuis le 7 juin 1967 (28 Iyar 5727 du calendrier hébraïque). Il faut nuancer : Jérusalem est encore foulée aux pieds par les Nations. Jésus n’y est pas encore revenu. Pas encore ? Là encore, il faut nuancer : il y est déjà, chez les Juifs et les Arabes adorant ensemble Jésus, le Roi de Jérusalem. On reconnaît les faussaires au fait qu’ils n’imitent pas la persécution dont Jésus fut l’objet. Et pour cause, ils en sont l’origine. Un pasteur ici en Occident était en train de dire aux paroissiens que Jésus les sauvera de l’épreuve. Un chrétien présent dans l’assemblée, venant d’un pays où sévit la persécution, s’est permis de le corriger publiquement : « Jésus ne sauve pas de l’épreuve, Il sauve dans l’épreuve ». Il parlait par expérience.

Ps 49.8,16 : personne ne peut racheter quelqu’un (de la mort)…mais Dieu me rachètera du séjour des morts.

Jeudi 18                                      4ème sujet : l’avènement de Jésus                                      Luc 21.25-38 | Ps 50

« Pour parler de la fin des temps, Jésus reprend les paroles et les images de l’A.T. Le véritable "Avènement" est la personne de Jésus en qui, malgré l’écoulement du temps, demeure réellement le présent. Dans la personne de Jésus, l’avenir est présent. L’avenir ne nous mettra pas finalement dans une situation différente de celle qui est déjà réalisée dans la rencontre avec Jésus-Christ. Jésus dit : le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. La parole de Jésus, comparée à l’immensité du cosmos avec son pouvoir matériel, est pourtant plus réelle et plus durable que le cosmos. Elle est la réalité véritable et sûre sur laquelle nous pouvons nous appuyer et qui tient, même lorsque le soleil s’obscurcit et que le firmament disparaît. La Parole de Jésus est le vrai "firmament" sous lequel nous pouvons nous tenir. Jésus annonce la fin du monde, il ne la décrit pas forcément chronologiquement. L’avenir, même du cosmos, est inséré dans une parole stable, celle de Jésus. Il nous faut laisser notre curiosité pour les choses visibles, pour fonder notre vie sur la Parole de Jésus, vivante, de Jésus qui viendra bientôt juger les vivants et les morts ». Extraits du livre de Benoît XVI : Jésus de Nazareth. De l’entrée à Jérusalem à la résurrection, éd. Rocher, 2011, p. 67-69.

Ps 50 : le Seigneur parle sévèrement à ceux qui se considèrent inclus dans son alliance, mais ne l’applique pas à leurs relations humaines. Deux fois, il dit de lui rendre grâces (v.14 et 23). Quand on oublie cela, il n’est pas étonnant qu’on méprise aussi notre prochain.

Vendredi 19                                                  La Croix                                                          Luc 22.1-13 | Ps 52

Jésus avait des disciples jusque dans la capitale. Le propriétaire de la maison en fait partie. Jésus avait pris l’initiative, en amont du complot qui lui serait fatal, de prévoir un lieu sécure, adapté, pour la célébration du repas de PèSaH (Pâque) avec ceux qui sont pour toujours sa famille. L’initiative de Satan entrant en Juda a donc été devancée par Jésus. Tu arranges devant moi une table en face de mes ennemis Ps 23.5. Pendant les quarante jours de Jésus au désert, Satan avait épuisé toutes les ressources dont il était capable. Par la suite, Jésus n’avait plus qu’à piller son royaume, lui arrachant une à une ses proies. Maintenant, Satan revient. Quelle nouvelle ressource a-t-il trouvé ? Je n’en sais rien. Le Credo de l’Église ne nous demande pas de croire à Satan, d’explorer les arcanes de ses ruses, mais de croire en Jésus-Christ. Je crois donc en Jésus qui crée pendant ce repas de PèSaH l’espace de liberté et d’amour pour les siens, alors même que Satan est présent dans la personne de Juda.

Ps 52.3 : pourquoi te glorifier l’homme fort ? Dieu est grâce tout au long du jour.

Samedi 20                                        L’Église et les sacrements                                           Luc 20.14-23 | Ps 53

De désir j’ai désiré manger ce PèSaH avec vous avant que je ne souffre v. 15, traduction littérale. Je suis bien incapable de vous expliquer les conceptions luthériennes, zwingliennes, calviniennes ou catholiques de la Sainte-Cène. Aussi j’ouvre l’Évangile, et que vois-je ? Jésus "désire de désir" manger ce PèSaH avec nous, pour le manger encore avec nous dans le Royaume de Dieu. Il a rendu grâces pour le pain, l’a rompu et donné en disant : ceci est mon corps, celui qui est donné en votre faveur, faites ceci en mémoire de moi. Fadiey Lovsky écrit dans « Notules bibliques » que notre mémoire a besoin d’être rachetée ; nous oublions des choses essentielles et nous nous rappelons de choses inutiles. Puis, sur la coupe, Jésus a dit : ceci est la coupe, la nouvelle alliance en mon sang, celui qui est versé en votre faveur. Pendant la retraite de 1994 à Boissier, je participai à la Sainte-Cène, après avoir la nuit précédente perdu notre fille Rachel, née prématurément à cinq mois de grossesse. Pendant la liturgie je dis dans mon coeur à Dieu contre qui j’étais révolté : « pour moi tu n’es que du pain, tu n’es rien d’autre qu’un peu de vin ». Au moment de communier, mon voisin me dit à l’oreille : « le Seigneur me demande de te dire que ce pain est mon amour pour toi et ce vin ma tendresse pour Sophie ». Ce voisin s’appelait Paul Bechdolff.

Ps 53 : de Sion en exil, le Seigneur dit : ils mangent mon peuple comme on mange du pain (v. 4). Le psaume se termine par cette promesse : quand le Seigneur retournera la captivité de son peuple… (v. 6). De Vern Fromke, dans son livre "La suprême intention", explique ainsi cette promesse qu’on retrouve à beaucoup d’endroits dans la Bible : "retourner la captivité" de Sion, c’est la rendre captive d’une autre captivité, captive de l’intention suprême de son Créateur : nous élever à la splendeur de la vie de fils de Dieu Ro 8.30irréprochables devant sa gloire, dans une joie débordante Jude 24.


Date de création : 10/03/2021 @ 09:55
Dernière modification : 10/03/2021 @ 09:55
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 139 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^