Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 212633 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - Fêtes juives 2020-2021

Zone de Texte:  UNION DE PRIERE

 

 

CALENDRIER DES FETES JUIVES POUR L’ANNÉE 5781 (2020-2021)

Les dates ci-dessous sont celles pratiquées en diaspora, où les fêtes durent un jour de plus qu’en Israël (sauf le Yom kippour). Elles commencent la veille de la date indiquée puisque, selon Gn 1/5, la journée juive commence le soir (Il y eut un soir, il eut un matin, premier jour). Ce calendrier est fixé par calcul. Les Juifs Karaïtes (qui se réfèrent au Tanak seul et rejettent la tradition orale) maintiennent la coutume primitive de charger deux ou trois témoins d’observer mois après mois l’apparition de la Nouvelle Lune à Jérusalem pour fixer le début des mois. Cette pratique décale les fêtes d’un ou deux jours, certains juifs messianiques la suivent.

Les SELIHOTH : Pendant tout le mois d'Eloul (sépharades, premier jour = 21 août 2020), ou seulement une semaine avant Roch-Hachanah (askénases, premier jour = 12 septembre 2020), les treize attributs de Dieu (Ex 34/5-7) reviennent comme un leitmotiv dans la liturgie, très tôt le matin.

Un midrash est à l’origine de cet usage : après avoir imploré et obtenu le pardon divin pour la faute du Veau d'or, Moïse a continué à prier et a demandé ce qu'il adviendrait si, dans le futur, Israël venait à commettre de nouvelles fautes. Dieu lui a répondu : "qu'ils fassent comme ceci", et Il lui a dévoilé ses treize attributs. Il ne faut pas croire pour autant que la récitation de ces versets peut avoir un effet magique. En effet, le texte ne dit pas "qu'ils disent" (récitation), mais "qu’ils fassent".

ROCH-HACHANAH : השנה ראוש premier jour de l’an (1 et 2 tichri) : samedi 19 et dimanche 20 septembre

On commémore le jour de la création de l’Homme-Adam. On regarde aussi au dernier jour, le Jour du Jugement. On prie pour que la destinée de chacun soit inscrite, par la miséricorde de Dieu, selon un jugement favorable. La fête dure deux jours. Le premier jour, on lit dans les synagogues Genèse 21 (naissance d’lsaac) et 1 Samuel 1 & 2 (naissance de Samuel). Le deuxième jour, Genèse 22 (ligature d’lsaac) et Jérémie 31.2-20 (souvenir de Rachel et Cantique d’Espérance). L’un des sommets de la liturgie est la sonnerie du chofar, destinée à rappeler la miséricorde de Dieu, à réveiller les cœurs pour la confession des péchés, et à annoncer la résurrection des morts, le Jugement dernier et la libération de toute l’humanité. On appelle Jours redoutables (Yamim noraïm) les 10 jours suivants ; ce sont des jours de repentance, de réparation des fautes commises et de réconciliation avec le prochain (voir ci-dessous jeûne de Guedalyah).

YOM KIPPOUR : כיפור יום jour des expiations et du pardon (10 tichri) : lundi 28 septembre

Ce jour achève les dix jours qui précèdent. C’est un jour d’humiliation et de jeûne complet de 25 heures qui comprend cinq offices à partir de la veille au soir. Les prières les plus solennelles de la liturgie implorent le pardon de Dieu pour le cours de l’année qui vient et pour le jour du Jugement. On lit le matin Lévitique 16 et Esaïe 57.14 à 58.14. A midi, Lévitique 18 et le livre de Jonas. En Israël, l’absence totale de circulation dans tout le pays et le silence qui s’en suit donnent à ce jour un caractère unique et laisse toute la place aux chants des synagogues. La journée s’achève par l’office de Ne’ila “fermeture des portes” (du Temple et de la Miséricorde), l’un des plus émouvants de la liturgie de la Synagogue. Dès le lendemain de Kippour, on commence à construire la souccah (cabane) qui doit être prête pour le 15 tichri.

SOUCCOTH : סכות fête des tentes ou des tabernacles (15 au 22 tichri) : du samedi 3 au samedi 10 octobre

Fête joyeuse après l’austérité des fêtes précédentes. La souccah ou cabane rappelle les 40 années passées sous les tentes du désert et la précarité de la vie considérée comme un pèlerinage. On habite dans la souccah décorée de feuillages pendant toute la semaine et l’on y reçoit les hôtes et les amis. C’est une fête des récoltes d’automne. La fête dure huit jours. On prie en tenant à la main un bouquet (loulav) de 4 espèces de plantes aux significations symboliques (Lv 23.40). Le premier jour, on lit Lévitique 23.26-44 et Zacharie 14.2-21. Le septième jour (9 oct.) est dite la Grande Prière (Hochana Rabba) pour la venue du salut et la résurrection des morts. Il est d’usage de rester éveillé et d’étudier toute la nuit, celle-ci constituant « l’ultime chance » d’obtenir le pardon divin. Le huitième jour (10 oct.), Chemini-Atzéreth, clôt la fête, c’est un jour de jeûne. Le neuvième jour (11 oct.), Simhat Torah, joie de la Torah, on chante et on danse avec exubérance dans toutes les synagogues illuminées. On termine la lecture annuelle de la Torah par Deutéronome 33 et 34 et l’on recommence une nouvelle année de lecture avec Genèse 1, c’est la fête mentionnée en Jean 7.

HANOUCCA : חנוכה fête de la dédicace (25 kislev à 3 teveth) : du vendredi 11 au vendredi 18 décembre

Mentionnée en Jean 10.22, la fête commémore la purification du Temple qui avait été profané sous le règne du conquérant anti-juif Antiochus Epiphane et on célèbre la révolte des Maccabées en 176 av. J.C. (récit dans les inter-testamentaires : 1 Maccabées 4.36 et 2 Maccabées 10.1-8). Fête de lumière, en souvenir du miracle de l’huile. Pendant 8 jours, on allume chaque soir l’une des lampes d’un chandelier à huit branches (à ne pas confondre avec la menorah, le chandelier à sept branches du Lieu Saint). Fête joyeuse pour les enfants qui reçoivent des étrennes.

POURIM et CHOUCHAN POURIM : פרים Fête d’Esther (14 & 15adar) : vendredi 27 et samedi 28 février

Commémoration de la délivrance du peuple juif menacé d’extermination. On relit le livre d’Esther. Fête joyeuse pour laquelle les enfants se déguisent comme au carnaval en mettant des masques.

 

 

PESSAH : פסח La Pâque (15 au 22 nissan) : du dimanche 28 mars au lundi 4 avril

La plus grande fête biblique. La veille au soir (mercredi 8) dans toutes les familles juives du monde entier, on célèbre le seder, la liturgie du repas pascal en mémoire de la sortie d’Egypte ou l’Exode. Chaque juif doit se considérer lui-même comme étant sorti de l’Égypte. Le repas du seder est rythmé par quatre coupes de vin et une cinquième que l’on ne boit pas, car elle est réservée pour Élie, l’annonciateur du Messie. La fête dure 8 jours. Le premier jour, on lit Exode 12.21-51 et Josué 5. Le huitième, on lit Deutéronome 15.19-16.17 et Esaïe 10.32-12.10. On relit aussi le Cantique des Cantiques.

CHAVOUOTH : שבעות Fête des semaines ou Pentecôte (6 et 7 sivan) : lundi 17 au mardi 18 mai

A la fin du compte de l'Omer (qui a commencé le lundi 29 mars) cinquante jours après la Pâque, on commémore l’arrivée au Sinaï et le don de la Loi (matan Torah). C’est aussi une Fête des Prémices de la moisson que l’on apportait au Temple en grande solennité. Le premier jour, on lit Exode 19 et Ézéchiel 1 et le deuxième, Habakuc 3. On relit le livre de Ruth.

D’autres fêtes se sont ajoutées, anciennes ou nouvelles, de caractère populaire ou national :

TSOM GUEDALYAH : jeûne de Guedalyah, (3 tichri) : lundi 21 septembre

Le premier des dix jours redoutables rappelle l'assassinat de Guedalyah ben Ahiqam, gouverneur de Judée nommé par Babylone. Il fut en fait tué le jour de Roch Hachana mais, en raison de la fête, le jeûne est reporté au jour suivant.

ASARA BE'TEVETH : עשרה בטבת jeûne du 10 teveth : vendredi 25 décembre

Le 10 teveth marque le début du siège de Jérusalem par Nabuchodonosor, le roi de Babylone, et les premiers assauts de la bataille qui allait détruire la ville et le Temple de Salomon, et voir également partir les Juifs pour un exil de 70 ans à Babylone. La date du 10 teveth nous a été rapportée par le prophète Ezéchiel qui se trouvait déjà à Babylone, car il faisait partie du premier groupe de Juifs exilés par Nabuchodonosor onze ans avant la destruction du Temple.

TAANIT ESTHER : jeûne d'Esther (13 adar) : jeudi 25 février

En souvenir de l'engagement que toute la communauté juive de Suze a pris pour soutenir l'intervention d'Esther auprès du roi Assurerus (Esther 4/16).

SHIVA ASAR BE'TAMOUZ : jeûne du 17 tamouz : dimanche 27 juin

Jour de la première brèche dans les murailles de Jérusalem par Titus et les légions romaines, en l'an 70. Jusqu'au jeûne du 9 av (jeudi 30 juillet), trois semaines de tristesse sont consacrées au souvenir de la destruction du Temple de Salomon par Nabuchodonosor en 587 avant notre ère, et du Deuxième Temple, par Titus, en 70 de l'ère commune. On se souvient aussi que Moïse a brisé les premières Tables de la Loi ce jour-là, en réaction à la faute du Veau d'or.

TICHA BEAV : destruction du Temple (jeûne du 9 av) : dimanche 18 juillet

Ce jeûne clôt les 3 semaines de tristesse. On se souvient de tous les éléments tragiques de l’histoire : massacres, pogroms, exils (souvent causés par les chrétiens) jusqu’à la Choah. On relit le livre des Lamentations de Jérémie (nous pourrions relire Luc 21.20 à 24). Mais ce deuil sera changé en un jour de joie par la Venue du Messie selon Jr 31.10 à 13.

JOURNEE INTERNATIONALE DE COMMEMORATION DES VICTIMES DE LA SHOAH : mercredi 27 janvier

L’Assemblée générale des Nations Unies a institué cette commémoration du jour de la libération du camp d'Ausch-witz/Birkenau par l'armée russe en 1945 en invitant tous les Etats Membres à élaborer des programmes éducatifs pour sensibiliser les générations futures à la réalité et aux enseignements de la Shoah afin de prévenir tout génocide.

TOU BICHVAT : בשבט ו’’ט Le nouvel an des arbres (15 chevat) : lundi 10 février

On plante des arbres et des forêts entières pour reboiser les collines de Judée et en souvenir des martyrs juifs, comme la forêt des martyrs près de Jérusalem. Les enfants des écoles sont conviés à ces plantations. On se souvient de Deutéronome 8.6.

YOM HA CHOAH : jour de la shoah (28 nissan) : jeudi 28 janvier

En souvenir des 6 millions de victimes des camps d’extermination nazis.

YOM HA ZIKARON : הזכרון יום Commémoration des morts de tsahal (4 iyar) : vendredi 16 avril

Jour de souvenir des victimes des guerres qu’Israël a dû soutenir pour son indépendance.

YOM HA HA’ATZMOUT : העצמאות יום jour de l’indépendance et fête nationale (5 iyar) : samedi 17 avril

Ces journées sont marquées par des cérémonies commémoratives officielles en présence des autorités à Jérusalem et en divers lieux.

LAG BAOMER : le 33ème jour après Pâques (18 iyar) : vendredi 30 avril

Le Talmud (traité Yevamot 62b) raconte que 24'000 disciples du rabbi Akiva moururent pendant le compte de l’Omer, entre Pessah et Shavouoth, car ils s’entredéchiraient ; l’épidémie cessa après 33 jours, un 18 iyar. Pour commémorer ce retour à l’amour fraternel grâce à l’enseignement du maître, on allume des feux toute la nuit. 

YOM YEROUSHALAÏM : jour de Jérusalem (28 iyar) : lundi 10 mai

Célébration de la réunification de Jérusalem en 1967.


Date de création : 22/09/2020 @ 14:17
Dernière modification : 22/09/2020 @ 14:17
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 85 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^