Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 212633 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 01+02

UNION DE PRIERE

      Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                                        uniondepriere@gmail.com

IBAN France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

Mot du président : Nous avions quelques appréhensions quant à la tenue de la Retraite annuelle à Charmes, mais grâce à Dieu, elle a pu se tenir même si ce fut dans un format restreint et avec un respect strict des règles sanitaires. Cela n’aurait pas été possible sans l’engagement de toute l’équipe de la pré-retraite sous la conduite de Landry Schaerer. Manue Riotte qui depuis de longs mois assure des tâches administratives et logistiques pour notre communauté (via sa société ERinformatique), a mis sur pieds toute la technique pour la retransmission par Internet de nos réunions de la Retraite. Cela s’est plutôt bien passé et nous a convaincu d’investir un peu dans les prochains temps dans de l’équipement technique nécessaire. Merci aussi au couple Tisseyre pour la supervision des repas. Merci à Christian de Tonnac et Evelyne Peter pour l’organisation des logements. Cette année, pour faciliter la vie des retraitants, nous avions réservé toutes les chambres de l’hôtel Le Logis Charmant. C’est un coût supplémentaire mais qui a évité à plusieurs retraitants des déplacements vers d’autres villages. Il est probable que cette année les frais de la retraite ne seront pas entièrement couverts mais nous avons heureusement un budget positif qui nous permet de palier à ce manque.

Nous espérons rapidement rassembler les vidéos, les enregistrements et les textes des quatre études. Nous pourrons ainsi les reprendre dans les prochains mois et laisser le Seigneur continuer de nous parler et à nous affermir en ces temps si incertains. La conférence du rabbin Haddad sur Jonas a été un temps fort et nous espérons pouvoir la diffuser de manière plus large. Plusieurs membres ont aussi apporté un témoignage sur leurs expériences récentes et l’AG s’est déroulée sereinement et dans l’action de grâce. Nous rendons grâce aussi pour le spectacle de marionnettes de la « Tente de l’Unité » présenté dans la cour de l’école privée de Charmes : il a permis 1 ou 2 contacts a posteriori avec des familles locales. La confirmation de baptême d’Olivier Tisseyre fut aussi un temps béni et nous demandons au Seigneur de le guider dans cette nouvelle étape de vie.

Une rencontre des responsables des communautés liées à la Féd. Protest. de France est prévue à Paris le mardi 13 octobre. Prions pour toutes ces communautés dont certaines vivent de moments de transition et doivent relever d’importants défis. Le Directoire prévoit de se réunir en Novembre et nous espérons que la situation permettra une réunion en personne à Boissier. Nous devrons aussi planifier des rencontres de zone mais ici aussi en tenant compte des diverses situations sanitaires. Pour la Suisse, une retraite est prévue le 1er week-end de décembre dans les locaux de la HET-PRO (Emmaüs).

Lundi 14 septembre (livret de prière p. 11)                                                                       Lévitique 16.1-19  | Ps 45

Dans Jean 17, Jésus, tel Aharon, se sanctifie lui-même pour pouvoir sanctifier les siens (Jn 17.19). Aharon se sanctifie, puis il sanctifie « ceux de sa maison » (Lv 16.11). Puis seul, vraiment seul, sans qu’il n’ait « personne dans la tente de la rencontre », il fait le rite d’absolution pour « toute l’assemblée d’Israël ». De même, dans Jean 17 on voit Jésus prier d’abord pour lui-même (Jn 17.1), puis pour les siens (Jn 17.2), puis pour ceux qui croiront par la parole des siens (Jn 17.20). Pour cela, il est allé seul vers son Père (Jn 17.13). Il nous a amenés dans sa prière « au-delà du voile », en la présence de son Père, tel Aharon portant au-delà du voile, la cassolette d’où se dégage le parfum de l’encens (Lv 16.12).

Mardi 15                                                                                                                      Lévitique 16.20-34 | Ps 46

Le commentaire de la Ligue cite Mi 7.19 : tu jettes dans les abysses de la mer leurs péchés. Portant nos péchés, Jésus n’est pas monté s’asseoir à la droite du Père sans être d’abord descendu dans les abysses du péché. La fosse des Mariannes est la fosse sous-marine la plus profonde ; elle a été découverte en 1951, dans l’océan Pacifique : 11 km de profondeur. Il est impossible d’y aller. Pas de lumière à cette profondeur. Parfois nous entendons parler d’un péché particulièrement grave et nous pensons spontanément que là, il n’y a plus de pardon possible, aucune lumière. Jésus « lumière du monde » (Jn 8.12) est allé rejoindre chaque être humain jusqu’au péché le plus noir.

Mercredi 16                                                                                                                           Lévitique 17 | Ps 47

A propos du verset 11, Rashi écrit : « vienne l’âme et qu’elle procure le pardon à l’âme ». Prions : Jésus, ton âme a été bouleversée trois fois : devant la mort de ton ami (Jn 11.33, 38), devant la perspective de répandre l’évangile chez les Grecs, au-delà d’Israël (Jn 12.27) et devant la « livraison » de Juda aux mains de tes ennemis (Jn 13.21). 

N.B. : le mot biblique est « livraison », plutôt que trahison ; pensons à ceux qui ont livré des enfants juifs à la gestapo en 39-45, nous aurons une petite idée de ce que cela signifie). Jésus, ton âme a été « triste jusqu’à la mort » (Mt 16.38). Oui, ton âme est venue dans le sang prouver ton pardon à mon âme. Loué sois-tu éternellement !

Jeudi 17                                                                                                                            Actes 18.23-28 | Ps 48

Apollos avait été informé du « chemin du Seigneur » (v. 25). Au début, on disait « ceux du chemin » (Ac 9.2), quand on voulait désigner ceux qu’on nomme aujourd’hui « chrétiens ». Non seulement ils suivent un chemin différent des autres – et ça se voit -, mais ils sont de ce chemin. Car le chemin est une personne vivante, Jésus-Christ. Est-elle absente, il n’y aurait pas de chemin. Il est à la mode aujourd’hui d’inciter les gens à bouger. Le chrétien ne bouge pas, il marche vers un but. Ce sont les cadavres qu’on essaie de faire bouger, quand on ne veut pas encore croire à leur mort.

Vendredi 18                                                                                                                        Actes 19.1-10 | Ps 49

Le baptême du Saint-Esprit a fait couler beaucoup d’encre, le parler en langues aussi. Faisons confiance au Seigneur. Être baptisé en Christ, c’est participer à la vie trinitaire, donc recevoir le Saint-Esprit. Les témoignages concernant le baptême dans l’Esprit peuvent nous aider, mais aussi nous décourager. J’ai appris à m’en tenir à la parole de Jésus promettant d’envoyer l’Esprit-Saint, dès qu’il aura été « élevé » (Jn 14.17, 18 ; 16.13 ; 19.30, 34). Si Jésus n’a pas été crucifié (« élevé »), alors l’Esprit Saint n’a pas été donné. Or, Jésus a été crucifié. Donc…

Samedi 19                                         Rosh Hachanah (2 jours)                                        Actes 19.11-20  | Ps 50

Jésus et les apôtres ont chassé beaucoup de démons. Par son incarnation, Jésus est celui qui a lié le « fort » en nous (Mt 12.29). Le serpent est une créature, un simple animal créé par Dieu (Gn 3.1). S’il a acquis une telle force, c’est parce que l’être humain depuis le commencement l’a écouté (Gn 3.1-4). Depuis le commencement ? Non, c’est Jésus le vrai commencement (Jn 8.25). Nous pouvons maintenant écouter la voix de notre Père qui déconstruit ce qui est « fort » en nous et s’oppose à Dieu. Cette voix qui nous refonde dans le vrai commencement, ne trompe pas, ne tue pas (Jn 10.3, 5).

 

Dimanche 20                                                                                                                      Psaume 127  | Ps 145

« Heureux l’homme qui en a rempli son carquois. Il ne perdra pas la face, s’il doit affronter l’adversaire aux portes de la ville » v.5. Philippe de Néri a dû plusieurs fois affronter des adversaires puissants, dont son cardinal et le pape lui-même. Venus pour le juger, ils ont complètement changé d’avis, quand ils ont vu tous ses enfants spirituels, résolument décidés à suivre le Christ, dont certains étaient auparavant des voyous de la rue. A la retraite du mois d’août, nous avons regardé le film qui a été tourné sur lui (disponible sur internet en tapant « SAJE », ou dans une librairie chrétienne).

Lundi 21 septembre (livret de prière p. 17)                                                                            Actes 19.21-41 | Ps 51

Les dieux qui sortent de nos mains ne sont pas des dieux (v. 26). Olivier Tisseyre, avant son immersion cet été, nous a dit : « vous n’imaginez pas ce que c’est que de croire en Dieu ! » Il exprimait son émerveillement de Dieu. Depuis des millénaires, l’être humain se prosterne devant le fruit de ses mains, c’est-à-dire aussi de son imagination ou intelligence. On veut une transcendance, mais on la veut à notre façon. Ainsi, notre « moi » reste le centre. On a longtemps dit que les tribus africaines n’avaient pas cette notion de transcendance d’un Dieu, puisqu’elles ne parlent que des esprits.  En fait, elles ne parlent pas d’un Dieu transcendant parce qu’on ne peut rien en dire ; il est inconnaissable, puisqu’il est le Créateur et nous, on est des créatures. Or ce Dieu s’est engagé à ce qu’Israël puisse le connaître, mais de façon à ce que Israël ne puisse pas faire de Lui une idole. Puisqu’il s’est fait connaître à Israël, nous pouvons Le connaître par Celui qu’Israël a enfanté : Jésus de Nazareth, Dieu créateur et sauveur. Sans Jésus provenant d’Israël, il n’y a pas de vrai Dieu vivant qui soit connaissable (Jn 17.3).

Mardi 22                                                                                                                              Actes 20.1-16 | Ps 52

Nous avons traversé sur Samos (v. 15). Samos est l’île grecque la plus proche de la Turquie actuelle. Les réfugiés fuyant les guerres y débarquent sur des embarcations de fortune, qui sombrent parfois dans la mer. Fabien Toulmé a mis en BD l’histoire d’Hakim, jeune père de famille syrien (L’odyssée d’Hakim, éd. Delcourt/Encrages). Leur canot pneumatique a failli couler à quelques kilomètres de Samos. Le pape François a appelé la mer Méditerranée un des « plus grands cimetières » du monde. Qui pourra jamais mesurer le nombre, l’intensité, les heures de prières qui sont montées vers Dieu sur les eaux de la Méditerranée ? Il les écoute. A nous maintenant d’écouter Celui qui les écoute.

Mercredi 23                                                                                                                       Actes 20.17-38 | Ps 53

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir (v. 35) est une parole du Seigneur qu’on ne trouve pas dans les évangiles. Mais il y a : je dis ces paroles dans le monde afin qu’ils aient la joie, la mienne, accomplie en eux (Jn 17.13). Dans cette prière de Jn 17, le mot le plus fréquent dans la bouche de Jésus est : « donner ». La joie de Jésus est de nous donner, de Se donner, parce que nous lui sommes donnés par le Père (Jn 17.2). Paul, lié par l’Esprit (Ac 20.22), a suivi le même chemin que Jésus : ne pas faire cas de sa propre vie, pourvu que l’Église de Dieu ait reçu et vive la volonté de Dieu (Ac 20.27), l’évangile de la grâce de Dieu (Ac 20.24), le Règne (Ac 20.25). Le but des ministères donnés à l’Église par le Christ est de faire des « saints », à la taille du Christ dans sa plénitude (Ep 4.11-13). Je confesse n’y avoir pas beaucoup pensé dans mon ministère. C’est pourtant écrit.

Jeudi 24                                                                                                                               Actes 21.1-14| Ps 54

Ac 21.11 : il a pris la ceinture de Paul. Jn 21.18 : c’est un autre qui te mettra la ceinture (Jésus à Pierre). Lv 8.7 : Moïse ceignit Aharon. Pour ce grand honneur de mourir martyr pour Jésus, on ne se met pas soi-même la ceinture. Notre Maître a été« ligoté » (Jn 18.12). C’est ainsi qu’Il est devenu grand-prêtre pour l’éternité. Personne ne s’attribue à soi-même le sacerdoce qui vient de Dieu. Personne ne peut dire qu’il en a la force. C’est Dieu le Père qui donne cette force en temps voulu. Il ne faut pas chercher soi-même à donner sa mort comme témoignage. Il est plus facile de donner notre mort que de donner notre vie au jour le jour.  Jésus nous a donné sa vie. On l’a lié avec des cordes quand le Père l’a décidé.

Vendredi 25                                                                                                                         Marc 8.22-26 | Ps 55

En France, le port du masque est obligatoire dans les lieux fermés. Des postillons de notre salive pourraient transmettre le Covid 19 à ceux qui nous écoutent parler. Nous pouvons bien imaginer que parfois, les disciples ont reçu quelques postillons invisibles de la bouche de Jésus, quand Celui-ci enseignait (surtout qu’il fallait parler fort devant un auditoire de quelques milliers). Cette salive aussi, guérit, pas seulement les paroles. C’est Lui, sa chair et son sang, sa salive, qui sont la Parole incarnée qui nous ouvre les yeux sur la Vérité qu’est Dieu. La Trinité Père, Fils et Saint-Esprit a marché sur la terre, et les traces de ce passage sont plus durables que celles des pas de l’homme qui a marché sur la lune.

Samedi 26                                                                                                                            Marc 8.27-33 | Ps 56

Nous sommes tentés comme Pierre de toujours vouloir revenir au Jésus que nous voulons, et non à Celui qui nous a été révélé par le Père. La compréhension et l’incompréhension de qui est Jésus sont mentionnées l’une à la suite de l’autre, pour ce qui concerne Pierre. Heureusement, Jésus vivant est toujours là pour nous faire comprendre d’une manière ou d’une autre, que nous devons passer « derrière » (v. 33) Lui, au lieu de nous mettre devant Lui.

Dimanche 27                                                                                                                         Psaume 125 | Ps 25

A propos du v. 3, Jean Calvin écrit : « c’est une dure tentation (je le confesse) de veoir les contempteurs de Dieu exerçans cruautez en l’héritage du Seigneur, et les fidèles gisans sous leurs pieds : mais pource que le Seigneur non sans juste raison veut humilier les siens, il faut en cela se consoler » (en français courant : lorsque les méchants maltraitent les croyants, que ceux-ci soient réconfortés en Dieu qui permet cela. Dieu est juste, Il nous aime et rien n’en fera douter un croyant). Écoutons encore Calvin à propos du v. 4 : « car quelque chose que la foy nous soustienne, néantmoins pource que ce pendant les sens de nostre chair vacillant, les prières doyvent estre meslées pour notre confirmation » (en français courant : les promesses de Dieu sont bien sûres et certaines, mais pour en goûter la réalité, la prière est nécessaire). Ici, dans ce psaume, on nous dit par exemple que Sion, l’Église, est inébranlable, mais les derniers versets du psaume sont bien une prière pour que nous voyions cela. Il faut prier pour que Babylone ne triomphe pas au sein de Jérusalem. Rappelons-nous ce qu’a dit Jésus : « veillez et priez » (Mc 14.38).

(Remarque personnelle en toute confidence : je vous concède que j’ai voulu être un peu pédant en citant Calvin dans le texte, mais ces vieux grimoires m’ont été offerts par mon père, et il faut bien de temps en temps les consulter. Mais avouez que Calvin n’est pas inintéressant !)


Date de création : 22/09/2020 @ 14:11
Dernière modification : 22/09/2020 @ 14:11
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 81 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^