Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer FP 2019-2020

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 169706 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

FP 2019-2020 - FP 2019-20, 03+04

UNION DE PRIERE
Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE
tél. + télécopie 04 75 60 85 51, uniondepriere@gmail.com
CCP : France : 6 649 68 P Lyon ; Suisse : 14-761280-9

Commentaires: Pasteur Serge Jacquemus

(Ces commentaires sont tirés de « La Loi ou les Cinq Livres de Moïse » de W. Vischer)
Nous avons repris, après la retraite, la méditation du livre des Nombres qui comme l’a dit W. Visher « re-trace l’itinéraire de la sainte armée, du Sinaï à la fa frontière de la Terre Promise. Au commencement du monde, toutes les créatures constituent « l’armée » au service de Dieu (Gn 2.1). Après la chute, le Sei-gneur « des armées », invisible capitaine, a « mobilisé » un peuple auquel Il donne Ses ordres depuis l’arche d’alliance (2 Sa 6.2). Le gouvernement de l’Éternel précise les effectifs, les chefs et le recrutement de cette sainte armée particulière subordonnée aux prêtres et consacrée au service du saint Tabernacle » (W. Vischer p. 301)


Lundi 30 septembre    Charte ch. 1  / Fête juive de Shimhat Torah  / Nb 17.1-15 | Ps 53
(num. Segond = 16.36-50)
Les récits des Nombres sont très instructifs sur la spécificité des différents ministères au service de Dieu.
Nous avons vu, samedi dernier, qu’un groupe de lévites, dirigé par Koré, et qui est déjà au service de Dieu, convoite, en plus, le sacerdoce d’Aaron et se révolte contre Moïse et Aaron : Toute l’assemblée, tous sont saints et l’Éternel est au milieu d’eux. Pourquoi vous élevez vous au-dessus de l’assemblée de l’Éternel ? (v. 3). Koré et sa troupe, désirant un sacerdoce universel, veulent faire une offrande de parfum alors qu’ils n’y sont pas autorisés [même si tous sont saints pour Dieu (Nb 15.41)]. En effet, Aaron, fils de Lévi, fut le premier souverain sacrificateur et seuls ses descendants héritèrent du sacerdoce (Ex 28.1 ; 40.15 Nb 18.7). Tous les gens de Koré sont engloutis avec leurs familles et leurs biens, par la terre qui ouvre sa bouche. Le lendemain toute l’assemblée murmure : Vous avez tué le peuple de l’Éternel (v. 41) et menace Moïse et Aaron. La colère de l’Éternel s’enflamme alors et tout le peuple aurait été anéanti si Aaron ne s’était placé avec le brasier entre les morts et les vivants. (Visher, p.307).
La révolte de Koré est le signe avant-coureur de la conception moderne de l’Église, faussement démocra-tique, profane, compromise avec le monde, opposée aux ministères-dons de l’Esprit et donc réfractaire à tout réveil. Nous sommes reconnaissants pour toutes les belles choses que le Saint Esprit suscite dans nos Églises d’où notre tristesse lorsque nous assistons parfois dans le catholicisme et le protestantisme occidentaux à une humanitarisation radicale du message du Christ et à un tripatouillage politique de l’Évangile.
Prière : Seigneur, après avoir puni Koré pour sa révolte contre Tes directives concernant l’organisation d’Israël, Tu as manifesté Ta miséricorde envers sa famille en confiant à ses descendants le service litur-gique du chant dans le Temple. Ta miséricorde nous a ainsi donné les psaumes Koréites qui sont parmi les plus beaux du psautier (Ps 42 ; 44-49 ; 84, 85, 87, 88) (Cf. 2 Chr 20.19). Qu’ainsi Ta miséricorde se manifeste pour Ta pauvrette Église et que son réveil vienne.

Mardi 1er octobre       Charte ch. 2 /   Nombres 17.16-29 | Ps 53

Devant la révolte de Koré contre Moïse et Aaron, l’Éternel confirme la consécration d’Aaron en faisant fleurir sa verge (Nb 17.8), signe de la résurrection du Christ et de tous les morts. Le bois de la Croix a fleu-ri.
Devant cette authentification du plan du Général, les enfants d’Israël ont peur (v. 12-13). Cette peur n’est pas la crainte de Dieu qui est pure (Ps 19.10) et qui est le commencement de la sagesse (Pr 1.7 ; Ps 111.10) et de l’amour. L’amour parfait bannit la peur mais pas la crainte, car la crainte de Dieu subsiste toujours (Ps 19.10). La prière pour Israël est liée à la crainte et à la sainteté de Dieu, sinon, sous prétexte d’entrer dans le monde, l’Église laisse le monde entrer en elle et il la compromet gravement en lui faisant oublier l’espérance juive et chrétienne.
Prière : Seigneur, Tu es le Dieu des armées, un père plein d’amour vrai et non pas un Dieu désarmé, ni un père muet et démissionnaire. "Tes ordonnances sont droites, ton commandement nous éclaire, Tes jugements sont vrais" (Ps 19.9-10). Réveille dans le cœur d’Israël, la crainte de Ton Nom comme secret de la foi, de la conversion et d’une relation juste avec Toi qui unit réellement à Dieu-Christ.

Mercredi 2      Charte ch. 3   /  Nombres 18 | Ps 54

Et le Seigneur dit à Aaron : "Toi et tes fils et la maison de ton père avec toi, vous porterez la peine des iniquités commises dans le sanctuaire" (Nb 18.1). Voici le commentaire d’Origène : « Les meilleurs pren-nent toujours sur eux les fautes des autres : Vous qui êtes forts, prenez les infirmités des faibles dit Paul (Ro 15.1). Bibliquement les mots « saint », « enfant d’Israël » et « chrétien » sont à peu près synonymes. Et pourtant le saint n’est pas exempt de péché puisqu’il est écrit « Vous prendrez les péchés des enfants d’Israël (cf. aussi 1 Co 1-6 où Paul reproche leurs péchés aux Corinthiens qu’il appelle pourtant « saints »). Il se peut que, dans le service du Seigneur, nous commettions des péchés. Mais, si nous les remettons au Grand Prêtre, Il les prend, les porte, les assume, et les enlève. » (Hb 4.14 ; Jn 1.29).
Quant aux versets suivants (8 à 32), sur les revenus des sacrificateurs et des lévites et leurs non-possessions, Origène en donne une explication littérale avec 1 Co 9.13-14 et une explication allégorique et spirituelle qui a dépassé ma compréhension.
Prière : Abba, Père, nous ne voulons pas que les Églises meurent de leurs péchés et de leur division aussi nous voulons remettre nos péchés à notre « Grand Prêtre qui est entré aux Cieux, Jésus », notre Seigneur, c’est Lui qui remet les péchés. Nous venons à Lui en ressentant nos blessures, en comprenant nos chutes. Guéris-nous et purifie-nous par Son sacerdoce puisque Tu L’as établi « Sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisedek » (Hb 7.17). Nous T’adorons Père car « nous avons Un grand souve-rain sacrificateur, Jésus, qui compatît à nos faiblesses, qui est saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, plus élevé que les Cieux, et qui S’est offert en Sacrifice une fois pour toute pour les péchés d’Israël et des Églises ». (Hb 7.26-27). Loué sois-Tu de ce qu’un jour nous serons un comme Tu es un avec Lui, parfaitement unis afin que le monde croie (Jn 17.22-23).

Jeudi 3      Charte ch. 4      /     Nombres 19 | Ps 55

« Rabbi Acha dit au nom du Rabbi Channina que Moïse, au moment où il montait au ciel pour recevoir la Loi, entendit la voix de Dieu qui étudiait le passage de la « vache rousse ». Cela préfigurait Jésus Christ. Une vache rousse sans défaut et jamais mise sous le joug était immolée en dehors du camp et le prêtre Eléazar faisait avec le doigt, sept aspersions de sang sur le tabernacle. Ensuite la peau et la chair, mais aussi (ce qui n’arrive jamais) le SANG et les excréments étaient réduits en cendre. Cette cendre était por-tée et conservée hors du camp pour en faire une eau purifiant toute personne qui se sera souillée au contact d’un mort. Cette personne pourra alors entrer à nouveau dans la maison de l’Éternel.
Christ sans tache, sans le joug du péché, s’offre à Dieu en dehors du camp « par l’Esprit éternel » (Hb 9.14) et non contraint comme une bête périssable. Ainsi, son Esprit rend vivants (1 Co 15.45) les hommes enchaînés par la mort. Et la communauté consomme une eau d’aspersion qui purifie notre cons-cience des œuvres de mort pour servir le Dieu vivant (Hb 9.14). Seule l’aspersion du sang de Christ nous sort du péché, nous ouvre l’accès à la maison de Dieu et nous fait vivre dans la communauté des vivants. C’est l’Évangile qui nous est proclamé dans le principe de la vache rousse et qui nous est confirmé par le baptême et la Cène (Visher p.306-307).
Prière : Père, à la suite de Moïse au Sinaï et des apôtres à la Pentecôte, Tu nous as exaucés par le sang du Christ et nous avons fait l’expérience de Sa présence intérieure nous purifiant de la mort. La joie de notre communion avec Toi nous fait goûter d’avance la résurrection vers laquelle nous marchons. Donne à l’Église de savourer d’avance ce qu’elle désire afin qu’en goûtant la joie de l’expérience de sa Présence, elle marche résolument vers la Lumière incréée de son Retour et de la Résurrection. « Nous Te rendons grâces de nous avoir fait don de Ton Royaume à venir » (Anaphore de la Liturgie de S. J. Chrysostome)

Vendredi 4      Charte 2ème partie, ch. 1 et 2     /     Nombres 20.1-13 | Ps 56

« Pourquoi avez-vous fait venir l’assemblée de l’Éternel dans ce désert pour que nous y mourrions ? » (Nb 20.4)
Les Israélites assoiffés, s’en prennent à Moïse et Aaron car ils pensaient que Dieu n’était pas au milieu d’eux. Ils voyaient le désert et non pas Dieu. Pourtant Dieu était en face d’eux. Ils irritaient Dieu en di-sant : Dieu existe-t-il ou non ? Alors que Dieu à l’instant même passait devant eux en disant « Vous étiez dans la peine et Je suis apparu. Vous aviez soif dans le désert – qui n’était pas un désert puisque je suis passé devant vous- et je vous ai entendus. Écoute mon peuple, Je te parle. Comment l’idée de mon ab-sence peut-elle demeurer en toi ? Tu ne m’entends pas ? Tu ne vois pas ma main ? Israël, mon enfant, ma présence devient palpable pour toi. J’en témoigne par ces mots : Écoute moi, et j’en témoigne, par ma descente tout près de toi. Tu ne sens donc pas une présence ? » (Archimandrite Aimilianos, Exultons pour le Seigneur p.120-121)
Prière : Christ-Dieu, par Ta Croix, Tu fais jaillir des pluies dans nos déserts et Tu nous abreuves de l’eau et du sang (Jn 19.34), sortis de Ton côté et symbole du baptême et de la Cène. Par Ta Croix, Tu as mis à mort la mort et Tu as détruit la citadelle du diable. Arrache l’univers à la condamnation, Toi qui es la protec-tion et la louange de l’Église.

Samedi 5        Charte 2ème partie, ch. 3 et 4       /   Nombres 20.14-29 | Ps 57

« Le récit du dépouillement des habits sacerdotaux d’Aaron et de sa mort sur la montagne de Hor, té-moigne que les offices des serviteurs de l’ancienne alliance n’ont pas leur fondement et leur accomplisse-ment en eux-mêmes. Aaron ne parviendra pas à la terre promise, parce que, face au peuple assoiffé, contestant avec Dieu, il a rejeté la confiance de l’Éternel et ne l’a pas sanctifié (Moïse non plus). Il ne fait aucune objection contre la décision « qu’il n’entrera point dans le pays que Je donne aux enfants d’Israël’ (v. 24). En se taisant, il justifie Dieu. Il s’agit pour lui, jusqu’à la fin, d’une seule chose : maintenir l’honneur de Dieu, pour que le Seigneur puisse accomplir le salut promis à Israël. Que Dieu, pour ce but, utilise Aa-ron ou non, qu’importe. Comme Moïse, Aaron a été serviteur de la maison mais Jésus Christ est à la fois constructeur de la maison et Fils sur la maison (Hb 3.1-6) (Visher p. 310-312).
Prière : Père, révèle à tous tes fils et tes serviteurs que leur fidélité, lorsqu’ils exercent le ministère de la parole et des sacrements, n’est fondée que sur la fidélité de Ton Fils (Hb 1.1-3). Montre-nous au culte demain (1er jour de la création et 8ème jour du Royaume) que tout ministère dans la communauté est fondé et accompli dans le Ministère unique du Christ qui fait de ses disciples les instruments du Saint Esprit.


Lundi 7 octobre     1er sujet de prière : le Réveil     / Yom kippour    /    Matthieu 19.1-12 | Ps 58

Nous continuons cette semaine la méditation de l’Évangile de Mathieu interrompue après la retraite. Ces méditations sont tirées du livre du pasteur Hubert Roux : « L’Évangile du Royaume ».
Jésus n’entre pas dans le registre du permis et du défendu ; Il renvoie toujours à l’ordre de Dieu (Gn 2.24). Les problèmes et les complications viennent de l’oubli et de la mise en doute de cette parole (« Dieu a-t-il réellement dit ? »). Jésus oppose à la tentation, la Parole de Dieu : « Le Créateur fit l’homme et la femme » (v. 4). Celui qui est marié réalise, par son mariage sa vraie destinée. Inspirés par l’Ennemi, les pharisiens opposent l’Écriture à l’Écriture (« Pourquoi Moïse… »). Jésus répond que la Loi est donnée « à cause de la dureté du cœur » (v. 8), (« à cause du péché » Gal 3.19). Donc, seuls des disciples du Rédempteur peuvent « recevoir cette parole » si, toutefois ils reçoivent cette exigence (de l’indissolubilité du mariage) comme une grâce. Autrement ils s’écriront « Mieux vaut ne pas se marier ! Le célibat permet de se soustraire à la rigueur du lien conjugal ». Paul réagit différemment en 1 Co 7.7. Cela signifie que la « capacité de comprendre » le mariage comme le célibat pour le Royaume n’est donné qu’à la foi, c'est-à-dire dans l’attente du règne à venir. « Que chacun agisse selon l’appel qu’il a reçu de Dieu » (1 Co 7.17) (H. Roux p. 234 à 237).

Mardi 8     2ème sujet de prière : Israël      /     Matthieu 19.13-15 | Ps 59

La Bible présente la procréation comme un des signes du pouvoir de création et de domination accordé à l’homme fait à l’image de Dieu (Gn 1.28). [D’ailleurs le même mot hébreu (toledot) désigne à la fois l’histoire et l’enfantement]. Jésus ne parle pas d’un état de grâce conféré à l’enfance car leur grâce est de « venir à Jésus ». Jésus affirme à nouveau, que le Royaume des cieux est pour les petits, les humbles, pour ceux que l’on méprise. C’est pourquoi il prend sous sa protection ceux que ses disciples veulent écarter de Lui (H. Roux p. 238).

Mercredi 9       3ème sujet de prière : l'unité       /   Matthieu 19.16-22 | Ps 60

Comme précédemment Jésus renvoie à la Parole de Dieu ceux qui lui demandent : « Que dois-je faire ? ». La solution des problèmes moraux est liée à l’attente du Royaume qu’Il annonce. C’est là le bien et le bon. Si, après avoir observé les commandements de Dieu, le jeune homme se sent vide, c’est que sa ri-chesse est une idole, le détournant du trésor qu’il a dans le ciel. Il a cherché le bien en dehors de Dieu, en lui-même. En lui disant « Suis-moi » Jésus lui propose un choix décisif : Renoncer à lui-même, devenir pauvre pour entrer dans le Royaume (H. Roux p. 239 à 242). Au travers du jeune homme riche, ce texte parle aussi de la conversion des Églises et de l’accomplissement parfait de la Loi en Christ (Mt 5.17) qui constitue le secret de l’illumination du peuple juif. « Cette illumination rendra à l’Église son unité visible (charte § 48).
 

Jeudi 10       4ème sujet de prière : le Retour       /     Matthieu 19.23-30 | Ps 61

Jésus émet un jugement sévère sur la richesse matérielle car elle donne une sécurité incompatible avec l’attente du Royaume et le désir que « la figure de ce monde passe » (1 Co 7.31). Celui qui est riche est enclin à trouver sa satisfaction dans ses biens et à oublier Dieu qui veut qu’on s’attende à Lui pour rece-voir de Lui toutes choses (Dt 8.11-14 ; Mt 13.22 ; Lc 16.19-25). Jésus Christ n’a rien à donner aux satis-faits et aux puissants car le Royaume des cieux est donné aux petits, aux humbles et aux pauvres. Frap-pé par l’épisode du jeune homme riche, Pierre demande : « Nous qui avons tout quitté, qu’avons-nous à attendre ? ». Dans sa réponse rapportée par Mc 10.28-31 et Lc 18.28-30, Jésus parle de récompense « dès le temps présent » aussi bien que dans le « siècle à venir » pour ceux qui ont tout quitté pour le suivre. Mais Jésus passe sous silence, dans Mathieu, les promesses terrestres. La seule espérance de ceux qui ont renoncé à tout pour suivre Jésus est dans « le renouvellement de toutes choses », la « pa-lingénésie » d’Es 65.17 et 2 Pi 3.13. Cette promesse est toujours liée dans l’Écriture à celle du « Rétablis-sement d’Israël » (Es 45.25). Il ne s’agit pas de la rémunération d’un renoncement mais de l’accomplissement du plan de Dieu. Humainement, suivre Jésus mène à la catastrophe mais le Crucifié est aussi le Roi d’Israël. La promesse de son avènement est le gage de la gloire à venir. Le ministère des apôtres et le nôtre s’exercent sous la Croix mais il est un ministère glorieux dans l’attente de la gloire à venir. « Christ tient leurs désirs en suspens jusqu’à la dernière manifestation de son règne, auquel un jour, finalement, ils recevront le fruit de leur élection ». (Calvin). « L’espérance de la gloire » est l’unique conso-lation de l’Église. Prenons-nous assez au sérieux le nom du Seigneur pour tout considérer comme « une perte » afin de gagner Christ ? (Phil 3.8). H. Roux p. 243-244. Souvenons-nous une fois de plus de cette parole magnifique du Seigneur Jésus Christ, notre Dieu : « Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sau-vera… car le Fils de l’homme vient dans la gloire de son Père avec les anges » (Mt 16.24-28).  « L’appel à suivre Jésus est avant tout eschatologique et pas éthique » (Moltmann).
Prière : Livret p. 34

Vendredi 11       La croix        /     Matthieu 20.1-16 | Ps 62

Homélie de St Jean Chrysostome
« Celui qui a travaillé depuis la première heure, qu’il reçoive aujourd’hui le juste salaire (cf. Mt 20.1-16). Celui qui est venu après la troisième heure, qu’il célèbre la fête dans l’action de grâces. Celui qui est arrivé après la sixième heure, qu’il n’ait aucun doute, il ne sera pas lésé. Si quelqu’un a tardé jusqu’à la neu-vième heure, qu’il approche sans hésiter. S’il a traîné jusqu’à la onzième heure, qu’il n’ait pas honte de sa lenteur, car le Maître est généreux, Il reçoit le dernier comme le premier ; Il accorde le repos à l’ouvrier de la onzième heure comme à celui de la première ; Il fait miséricorde à celui-là, et comble celui-ci. Il donne à l’un, Il fait grâce à l’autre…
Vous qui avez jeûné, et vous qui ne l’avez point fait, réjouissez-vous aujourd’hui. La Table [des saints Mystères du Christ] est abondante, rassasiez-vous tous, le veau gras [qui a été sacrifié pour nos péchés, c'est-à-dire le Christ] est servi, que nul ne s’en retourne affamé [c'est-à-dire sans avoir reçu les saints Mystères]. Jouissez tous du banquet de la foi, de la richesse de la bonté [de Dieu].
Que nul ne déplore sa pauvreté, car le Royaume est apparu pour tous. Que nul ne se lamente sur ses fautes, car le pardon s’est levé du tombeau. Que nul ne craigne la mort, car la mort du Sauveur nous a libérés. Il a détruit la mort, Celui qu’elle avait étreint.
Il a dépouillé l’enfer, Celui qui est descendu aux enfers…
O mort, où est ton aiguillon ? Enfer, où est ta victoire (Os 13.14) ?
Le Christ est ressuscité, et tu as été terrassé ; le Christ est ressuscité et les anges sont dans la joie.
Le Christ est ressuscité, et voici que règne la vie ;
Le Christ est ressuscité, et il n’y a plus un seul mort dans le tombeau,
Car le Christ est ressuscité, prémices de ceux qui sont endormis.
A Lui, gloire et puissance dans les siècles des siècles. Amen »
(Extrait de l’Homélie de Saint Jean Chrysostome lue chaque année à Pâque dans l’Église orthodoxe).
 

Samedi 12      Baptême et Cène       /    Matthieu 20.17-28 | Ps 63

« Jésus monte à Jérusalem », « il trouve dans son cœur des chemins tout tracés » (Ps 84.6). En effet Dieu a disposé dans le cœur de Son Fils cette ascension. Celui qui sait se tourner vers Dieu, pour lui de-mander aide et force, possède en son cœur les ascensions que Dieu y a déposées, le désir de monter à Jérusalem pour s’y prosterner. Dieu descend dans le cœur de l’homme pour que la loi des montées (du culte demain) devienne désir en l’homme. Alors l’homme trouve dans son cœur, pas tellement dans ses pensées mais dans le désir profond de son esprit, les montées, les voies menant vers les hauteurs. Chaque jour cet homme monte à Jérusalem … (Archimandrite Aimilianos, Exultons pour le Seigneur, p. 164)
Avec Jésus, Israël et l’Église nous aimons prier les Psaumes des montées.
 


Date de création : 30/09/2019 @ 14:50
Dernière modification : 30/09/2019 @ 14:50
Catégorie : FP 2019-2020
Page lue 31 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^