Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 233574 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 27+28

UNION DE PRIERE

Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

Tél : 04 75 60 85 51, uniondepriere@gmail.com

IBAN : France : FR81 2004 1010 0706 6496 8P03 828 ; Suisse : CH16 09000 0000 1476 1280 9

Rédacteur: Serge Martorana

Remarque préliminaire : la version de la Bible que j'utilise est la TOB

Lundi 22 mars (livret de prière p. 75)                          1er sujet : le Réveil des Églises                         Luc 22.24-30 / Ps 54

Les disciples se disputent pour savoir qui est le plus grand. Mais qu'est-ce que la grandeur ? L’Évangile de Jean nous apprend qu'auparavant, Jésus, dans le lavement des pieds, leur a démontré que le plus grand est celui qui se met à genou pour couvrir la faute de son frère, pour le soutenir dans l'épreuve et l'aider à se relever. Là encore, il leur rappelle (v. 27) : Je suis au milieu de vous - quel abaissement déjà pour le Roi des rois que d'être dans et parmi notre humanité ! - à la place de celui qui sert. Et que leur sert-il ? Rien moins que sa vie, d'où découlent sa justice, le royaume de Dieu et une place à sa table (v. 29, 30) ! Là, pour eux, plus question de grandeur mais la grâce seule !

Isaïe 53.2 : Devant Lui, celui-là végétait comme un rejet, comme une racine sortant d'une terre aride ; il n'avait ni aspect ni prestance tels que nous le remarquions, ni apparence telle que nous la recherchions.

Prière : Seigneur, pardonne-nous pour les places ou les titres que nous recherchons parfois. Qu'un réveil vienne qui amène ton Église à te ressembler.

Mardi 23                                       2ème sujet : le salut du peuple juif                                                 Luc 22.31-38 / Ps 55

Jésus avertit Pierre ainsi que les disciples. La répétition de « Simon, Simon… », exprime l'insistance mais aussi l'émotion. Celui à qui Jésus va donner une autorité particulière dans la suite est aussi celui qui l'aura renié par trois fois. L’Église se bâtit sur de la « pâte humaine », mais elle se bâtit aussi avec la prière de Jésus (v. 32) et « la puissance de la mort n'aura pas de force contre elle ». Jésus avertit mais il assure aussi de son soutien. Remarque : Le but du malin, telle l'action du crible pour le blé, est de nous séparer de la communion avec Dieu. Discernons ce qui entrave ou éloigne l’intimité et restons résolument près du Christ qui prie pour nous. 

Romains 8. 34 : Qui condamnera ? Jésus Christ est mort, bien plus il est ressuscité, lui qui est à la droite de Dieu et qui intercède pour nous !

Prière : Seigneur, nous croyons que, comme tu le fais en notre faveur, tu ne cesses de prier pour que ton peuple d'Israël, notre frère aîné, revienne à la maison. Nous nous associons à ta prière.

Mercredi 24                                 3ème sujet : l’unité visible du Corps de Christ                                    Lu22.39-46 / Ps 56

Jésus, à Gethsémané, est en proie à une angoisse extrême, indicible. Cela provoque le phénomène extrêmement rare d'hématidrose qui révèle cette angoisse. Luc, le médecin, est le seul à relater cela. Peut-on seulement imaginer ce que Jésus a subi, avant même la croix ? Comment a-t-il vécu chaque étape de sa passion ? La coupe dont il demande l'éloignement n'est pas seulement une coupe de souffrance, car il est l'homme de douleurs, familier de la souffrance (Is 53.3) ; elle est surtout la coupe de la colère et du jugement divin. Lui, le Saint qui a parfaitement accompli la loi du Père va la boire jusqu'à la lie, pour nous ! Là encore, et c'est un exemple pour nous, Jésus manie deux armes face au pouvoir de la tentation : La Parole (non pas ma volonté mais la tienne) et la prière !

Hébreux5.7 : C’est lui qui, au cours de sa vie terrestre, offrit prières et supplications avec grand cri et larmes à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de sa soumission.

Prière : En ce jour où nous prions pour l'unité de l’Église, nous nous souvenons qu'à Gethsémané, Jésus a aussi recherché l'unité avec ses disciples, par leurs prières.

Jeudi 25                     Annonciation                       4ème sujet : l’avènement de Jésus                      Lu22.47-53 / Ps 57

C'est le pouvoir des ténèbres (v. 53) semble résumer toute la Passion et ces chapitres 22 et 23 de Luc : l'acharnement haineux des chefs religieux, l'hypocrisie de Pilate et d'Hérode, les crachats et les coups des soldats romains, la trahison de Judas, le reniement de Pierre, l'abandon des disciples, les ténèbres à la croix... Tout est-il donc perdu ? Le « pouvoir des ténèbres » est-il « triomphe des ténèbres » ? NON ! Dieu règne : « C'est une heure où Dieu donne le « champ libre » à la puissance des ténèbres, par un acte de souveraineté, en la mettant entièrement au service de son œuvre et de son plan » (Helmut Gollwitzer, in D. Bourguet, « L’Évangile médité par les pères », Luc, p. 219).

Colossiens 1.13 : Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans le royaume du Fils de son amour.

Prière : Seigneur, tu dis dans ta Parole que les ténèbres passent et que déjà luit la lumière véritable (1 Jn 2.8), aide-nous à voir de plus en plus précisément la lumière de ton retour. Maranatha !

Vendredi 26                                                       la croix                                                             Lu22.54-62 / Ps 58

Pierre va vivre la période la plus difficile de sa vie, mais, Le Seigneur, se retournant, posa son regard sur Pierre (v. 61). Je ne peux seulement imaginer que le regard de Jésus ait pu être un regard réprobateur. Il ne pouvait s’agir que d’un regard empreint d'amour... Le regard que Pierre avait l'habitude de voir dans les yeux de Jésus. Raison pour laquelle il va pleurer amèrement. Par sa repentance, Pierre permet à Jésus de le purifier complètement et de le restaurer.

Isaïe 25.8 : Le Seigneur DIEU essuiera les larmes sur tous les visages et dans tout le pays il enlèvera la honte de son peuple.

Prière : La Bible dit que Jésus a pleuré après la mort de Lazare, et sur Jérusalem, mais elle ne dit pas que Jésus a pleuré sur la croix… peut-être parce que là, Seigneur, tu n’avais même plus la force de pleurer. Mais nos larmes, de repentance ou de souffrance, tu les portais en toi : Seigneur, aie pitié de moi !

Samedi 27                      veille de Pessah                        le Baptême et la Sainte Cène                     Lu22.63-71 Ps 59

L'identité de Jésus est bien la question centrale. Les chefs religieux l'ont bien compris et questionnent Jésus. Pourtant, ils ne seront pas prêts à en entendre la réponse ! Quel Messie attendaient-ils ? Ils ne l'ont reconnu, ni au travers des guérisons qu'il a réalisées, ni au travers des paroles qu'ils ont entendues « chaque jour » ! Voulaient-ils quelqu'un qui leur ressemble, issu de leur milieu ? Et nous, quel « Messie » reconnaissons-nous ? Acceptons-nous que sa seigneurie côtoie la souffrance de notre – et de son - humanité ?

Hébreux 2.9 : Celui qui a été abaissé quelque peu par rapport aux anges, Jésus, se trouve, à cause de la mort qu’il a soufferte, couronné de gloire et d’honneur.

Prière : Seigneur, merci car c’est aussi dans les sacrements que tu te fais proche de nous !

Lundi 29 mars (livret de prière p. 121 ou lecture de la Charte)         1er sujet : le Réveil des Églises            Lu23.1-12 / Ps 60

Ce lundi, nous entrons dans la semaine sainte. En guise de prière, je vous laisse, ci-dessous, un poème, Golgotha, écrit il y a plusieurs années.

Jésus est à présent livré aux Romains. Ne sera-t-il pas aussi pour eux, s'ils l'acceptent, le prince de leur salut ?  La question de son identité est toujours centrale. Le centurion, au pied de la croix, le reconnaîtra bientôt. Mais les deux hommes les plus puissants de la région, Pilate et Hérode, qui ne savent pas de qui ils tiennent leur pouvoir, choisissent l'orgueil et le mépris. D'ennemis qu'ils étaient, ils redeviennent amis : S'il y a une unité en Christ, il existe aussi, aujourd'hui encore, une « unité » contre Lui !

Esaïe 53.3 : Il était méprisé, laissé de côté par les hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, tel celui devant qui l’on cache son visage ; oui, méprisé, nous ne l’estimions nullement.

Mardi 30                                  2ème sujet : le salut du peuple juif d’Israël                                            Lu23.13-25 / Ps 61

Barabbas, un homme qui – selon les lois de l’époque – méritait la mort, est relâché et Jésus condamné ! Tout comme nous, Barabbas est au bénéfice du don que Jésus fait de lui-même. Qu’est-il devenu ensuite ? Des livres, films ou autres productions ont voulu faire de lui un homme qui, troublé par la condamnation d’un innocent à sa place, aurait passé le reste de sa vie à chercher à se racheter, dans une sorte de quête spirituelle… Nous ne le savons, mais ce qui compte pour nous tient dans ces versets d’Isaïe :

Isaïe 53.4-5 : En fait, ce sont nos souffrances qu’il a portées, ce sont nos douleurs qu’il a supportées, et nous, nous l’estimions touché, frappé par Dieu et humilié. Mais lui, il était déshonoré à cause de nos révoltes, broyé à cause de nos perversités : la sanction, gage de paix pour nous, était sur lui, et dans ses plaies se trouvait notre guérison.

 

 

 

Mercredi 31                             3ème sujet : l’unité visible du Corps du Christ                                       Lu23.26-31 / PS 62

L’évangéliste s’arrête à présent sur un autre homme : Simon de Cyrène, qui revenait des champs. Il s’agit d’un juif originaire du nord de l’Afrique. Marc 15.21 nous précise qu’il s’agit du père d’Alexandre et de Rufus. Si ces noms sont parvenus jusqu’à nous, est-ce à dire que lui et/ou ses fils sont devenus chrétiens et ont été des membres de la première église ? J’aime à penser que cette rencontre « inattendue » de Simon de Cyrène avec Jésus, n’avait rien du « hasard » et a transformé sa vie…

Isaïe 53.1 & 6 : Le bras du SEIGNEUR, en faveur de qui a-t-il été dévoilé ? (…) Nous tous, comme du petit bétail, nous étions errants, nous nous tournions chacun vers son chemin…

Jeudi 1er avril                        4ème sujet : l’avènement de Jésus et la résurrection                                Lu23.32-43 / Ps 63

La première parole de Jésus en croix, adressée au Père, est pour les hommes : « Père, pardonne-leur... ». Au milieu du « pouvoir des ténèbres » (22.53), un « larron » trouve le pardon et la vie, au moment même de sa mort sur une croix ! Bientôt, ce sera au tour d’un centurion romain de confesser la foi… L’amour, la vie, et la lumière, toujours plus forts que la haine, la mort ou les ténèbres ! Alléluia !

Isaïe 53.11, 12 : Ayant payé de sa personne, il verra une descendance, il sera comblé de jours (…) puisqu’il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort et qu’avec les pécheurs il s’est laissé recenser, puisqu’il a porté, lui, les fautes des foules et que, pour les pécheurs, il vient s’interposer.

Vendredi 2 avril                      Vendredi saint                              la Croix                                  Lu23.44-49 / Ps 64

 « Le soleil s'obscurcit de honte, ne pouvant voir les outrages infligés au Soleil de justice » (Jean Damascène in Daniel Bourguet, op. cité, p. 228). Le Père se tait à ce moment précis de la souffrance extrême du Fils. Souffrance physique, morale, spirituelle… pour l’accomplissement de notre salut. Il se tait, il doit laisser faire. Une épée lui transperce le cœur, telle celle que ressent aussi Marie, à quelques mètres de là. Mais tout à coup, au moment où Jésus lui remet son esprit, le Père est là pour le recueillir. Non, Il n’était pas loin !

Psaume 22.20, 22 : Mais toi, SEIGNEUR, ne reste pas si loin ! O ma force, à l’aide ! Fais vite ! (…) arrache-moi à la gueule du lion, et aux cornes des buffles… Tu m’as répondu !

Samedi 3 avril                                         les sacrements                                                            Lu23.50-56 / Ps 65

Jésus s'identifie à l'homme jusque dans la mort ! Son corps est mis au tombeau, mais lui, le Roi de gloire, « descend vers le Tyran (…) Le petit enfant (…) descend dans le trou de l’aspic, l’étrangle et le tue (…) le séjour des morts est rempli de lumière » (Jean Damascène. p. 229). C’est un point mystérieux de notre confession de foi mais je me l’explique en me disant qu’il n’y a rien, pas un seul lieu, sur terre, dans les cieux, sous la terre ou dans les enfers, qui soit fermé, interdit, au Roi des rois, Seigneur des seigneurs et Créateur de toute puissance, matérielle ou immatérielle ! Alléluia ! 

1 Corinthiens 15.55 : Mort, où est ta victoire ? Mort, où est ton aiguillon ?


Date de création : 21/03/2021 @ 08:59
Dernière modification : 21/03/2021 @ 08:59
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 126 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^