Union de prière

Fermer Présentation

Fermer Maison Boissier

Fermer Charte

Fermer Enseignements

Fermer Feuilles de prière 2020-2021

Fermer Vidéos

Archive

Fermer Biographie

Fermer Ecrits de Louis Dallière

Fermer Etudes des Retraites

Calendrier
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Visites

 233577 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Feuilles de prière 2020-2021 - FP 2020-21, 19+20

UNION DE PRIERE

    Maison de Boissier, 19 r. de la Calade, 07800 CHARMES SUR RHONE

                    uniondepriere@gmail.com, http://uniondepriere.fr

                CCP France : 6 649 68 P Lyon ; Suisse : 14-761280-9

Lundi 25 janvier (livret de prière p. 23)             1er sujet : le Réveil des Églises                        Exode 4.18-31 | Ps 4

Le verset 24 nous relate un épisode aussi inattendu que violent. Il est écrit que Dieu cherche à faire mourir Moïse au cours d’une lutte dans la nuit. Pourquoi un tel combat ? Le commentaire de Rachi, le célèbre Rabbin de Troyes, peut nous aider à comprendre : « Parce qu’il n’avait pas circoncis son fils Eliezer. Et c’est pour s’être laissé aller à cette négligence qu’il méritait la mort. » La négligence de Moïse laisse planer un doute. Moïse semble ne pas accorder d’importance à la marque indélébile de l’Alliance qu’est la circoncision depuis Abraham. Si Eliezer n’est pas circoncis c’est que Moïse n’a pas choisi entre les deux peuples de son histoire : il est à la fois, grand d’Égypte et fils d’Israël . Il doit donc "trancher". Sa femme Cippora qui a finement compris le danger, prend un silex et coupe le prépuce de son fils et elle marque Moïse du sang de cette opération au niveau de son prépuce afin qu’il soit lui-même symboliquement marqué du sang de la circoncision. Le père et le fils sont sauvés, par "le sang" de l’Alliance. Grâce à l’action de Cippora, Moïse n’appartient plus à l’Égypte ; désormais, il engendre des fils d’Israël. Il est définitivement l’Envoyé du Seigneur en faveur de son Peuple. 

N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui. (1 Jn 2,.15). Seigneur en ce dernier jour de prière pour l’unité des chrétiens, donne à chacun d’eux de renoncer au monde et à ses séductions pour ne s’attacher qu’à toi seul.

Mardi 26         UConfession de foi de Pierre             2ème sujet : le salut du peuple juif                    Exode 11 | Ps 5

Ce chapitre très court sur la dernière plaie nous montre une obstination croissante de Pharaon et l’incompréhension de son peuple. Pharaon avaient présenté les Hébreux comme une menace (« plus larges et plus forts que nous ») La peur qu’il cherchait à provoquer lui servait à légitimer l’oppression des enfants d’Israël, un gouffre s’établit donc entre les Égyptiens et les Hébreux. Mais comme s'ils avaient compris le message des plaies, les Égyptiens répondent favorablement aux demandes des hommes et des femmes d'Israël et leur procurent les objets d'argent et d'or que ces derniers leur avaient demandés. Le verset 3 en donne la raison : la grandeur de Moïse est reconnue par tous et particulièrement par les serviteurs de Pharaon. La remise des objets d'argent et d'or correspond symboliquement à une restitution, comme si hommes et femmes égyptiens considéraient désormais leurs homologues d’Israël comme des êtres libres, victimes de spoliation. Le fossé établi par Pharaon a été franchi. Pharaon se retrouve donc absolument seul dans son obstination, il porte l’entière responsabilité de tout ce que l'Égypte va subir en raison de son orgueil démesuré. Peut-être ce passage nous suggère-t-il une attitude de compassion envers les peuples victimes de la folie meurtrière de leurs dirigeants.

Seigneur Jésus, rédempteur du monde, tu es venu détruire le mur de haine qui séparait juifs et païens, aide-nous à combattre tout obstacle à l'unité.

Mercredi 27             commémoration de la Shoah             3ème sujet : l’Unité de l’Église          Exode 12.1-20 | Ps 6

Ce chapitre nous décrit la mise en place du rituel de la Pâque qui va devenir le credo du peuple de Dieu pour toutes les générations à venir. Le temps est venu de ressaisir Israël jusqu’alors émietté au milieu de l’Égypte et de lui donner son identité de peuple. Le rituel proposé est familial. On assiste là à une formidable entreprise de reconstitution des cadres sociaux et mentaux des fils d’Israël. En effet, il est impossible de constituer un peuple sans passer par la cellule fondamentale qui est la famille. La cellule familiale est redonnée à travers un repas rituel où se tissent des liens charnels entre les convives et où se construit la mémoire commune. Ce repas est sacrificiel. Il a valeur de signe de l’Alliance entre Dieu et son Peuple, c’est la Pâque du Seigneur. Ce qui va faire l’unité de la famille, ce sera l’Agneau unique, choisi par elle et qu’elle va consommer. Cet agneau sera immolé le soir par l’assemblée entière de la communauté des fils d’Israël. 

Jésus, toi l’Agneau de Dieu, en toi est la vie éternelle. Tu es entré dans notre vie mortelle. Sans perdre ta divinité, tu as revêtu notre humanité. Donne-nous de communier à ta vie divine et de manifester ton unité avec le Père dans la communion de l'Esprit Saint.

Jeudi 28                                4ème sujet : l’avènement de Jésus                                          Exode 12.21-28 | Ps 7

Le repas rituel célèbre la sortie d’Égypte. La libération est symbolisée à la fois par l'acte du sacrifice, de la consommation, accompagnée de la mise en parole de cette liberté. La tradition rabbinique exploite les virtualités de sens contenus dans le mot Pessah et lui fait dire soit Passage, soit en le scindant en deux Pe-sah, "la bouche parle". Ainsi la Pâque est aussi transmission de la foi assurée de père en fils par une catéchèse orale qui consiste à raconter les hauts faits du Seigneur pour rappeler la fidélité qu'on doit lui garder. 

Au regard du sang innocent de l’agneau immolé présent sur le linteau et les battants des portes, l’ange exterminateur passera outre en sautant par-dessus les maisons des fils Israël dans l’attente du départ. Sauter est aussi un autre sens du mot Pâque. Pourquoi le sang de l’agneau a-t-il effrayé l’ange de la mort ? C’est qu’au sang innocent de l’agneau immolé, prophétie du Christ, la mort elle-même a reconnu sa propre mort, et le démon, son inéluctable défaite…

Agneau de Dieu, immolé, toujours vivant, conduits au terme du passage ceux qui ont déjà franchi la mort par leur baptême. 

Vendredi 29                                                     La croix                                                  Exode 12.29-51 | Ps 8

Encadré par les prescriptions rituelles, voici maintenant le récit de la sortie d’Égypte. La description du fléau est sobre, elle ne concerne que deux versets. Un targum (poème) médite sur les quatre nuits de veille qui sont comme quatre jours de naissance : aux origines de l'univers, à la vocation d’Abraham, à la Pâque, et à la fin des jours lors du salut messianique. 

« C'est une nuit de veille et prédestinée pour la libération au nom du Seigneur au moment où il fit sortir les enfants d’Israël, libérés du pays d’Egypte. Or quatre nuits sont inscrites dans le Livre des Mémoires. 

La première quand le Seigneur se manifesta sur le monde pour le créer. Le monde était confusion et chaos et la ténèbre était répandue sur la surface de l'abîme. Et la Parole du Seigneur était la Lumière et brillait et il l'appela Première Nuit. 

La deuxième quand le Seigneur apparut à Abraham âgé de cent ans et à Sara sa femme âgée de quatre-vingt-dix ans pour accomplir ce que dit l'Ecriture (..) Isaac avait trente-sept ans lorsqu'il fut offert sur l'autel. Les cieux s’abaissèrent et descendirent et Isaac en vit les perfections et ses yeux s’obscurcirent à cause de leur perfection. Et il l'appela Seconde Nuit. 

La troisième nuit quand le Seigneur apparut aux Égyptiens au milieu de la nuit : sa main tuait les premiers-nés des Égyptiens et sa droite protégeait les premiers-nés d’Israël pour que s'accomplisse ce que dit l'Écriture : mon fils premier-né, c'est Israël et il l’appela Troisième Nuit. 

La quatrième nuit quand le monde arrivera à sa fin pour être dissous (…) c'est la nuit de la Pâque pour le nom du Seigneur, nuit réservée et fixée pour la libération de tout Israël au long de leurs générations. »

(Targum Neofiti)

Samedi 30 (shabbat)                                L’Église et les sacrements                                   Exode 13.1-16 | Ps 9

Échappé par la grâce de Dieu à la mort qui frappait les premiers-nés d'Égypte, Israël est devenu le bien propre du Seigneur et ses aînés lui sont spécialement consacrés. 

Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. (…) Consacre-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, consacrés dans la vérité. (Jn 17.17-19)

Lundi 1er février (livret de prière p. 31)              1er sujet : le Réveil des Eglises                  Exode 13.17-14.9 | Ps 10

Les ossements de Joseph, autrement dit sa momie, sont « le symbole de tout Israël égyptisé » (Martin Buber) que le Seigneur est allé chercher en Égypte. La remarque sur le transfert de cette relique a pour intérêt de montrer que l'auteur a conscience de la continuité de l'histoire sainte, du lien qui existe entre l'histoire des Patriarches et celle du peuple d’Israël. Avec l'histoire de Joseph c'était une famille, un clan, qui était entré en Égypte. Lors de la Pâque c'est un peuple nouveau qui naît du passage des eaux.

Seigneur, cette pandémie nous a peut-être fait redécouvrir la prière en famille, nous t’en remercions mais donne-nous de ne pas oublier l'importance de la communauté et de ton peuple rassemblé.

Mardi 2              UChandeleur           2ème sujet : le salut du peuple juif                              Exode 14.10-18 | Ps 11

À peine échappés de la servitude d’Egypte, les fils d'Israël se voient poursuivis par leurs oppresseurs. Dieu les a-t-il sauvés pour les vouer à l'extermination ? Dans cette épreuve, le Seigneur leur fait faire l'expérience de leur faiblesse et de sa puissance. Le miracle de la mer tel que le rapportent ces anciens récits aux accents d'épopée, nous transmet cette expérience première qui fonde la foi d’Israël et la nôtre : il n'y a de salut que par l’obéissance de la foi.

Seigneur Jésus, abandonné par les tiens, rejeté par ton peuple, tu as fait la volonté de ton Père ! Grâce te soit rendue !

Mercredi 3                                    3ème sujet : l’Unité de l’Église                                       Exode 14.19-31 | Ps 12

Tout miracle transgresse l'ordre de la Création, l'ordonnancement du monde décidé par Dieu. Il se résout malgré tout à faire périr les Égyptiens afin de délivrer son peuple du poids de la servitude et de sauver ainsi sa Création. Un commentaire rabbinique, un midrash, dit que nous ne pouvons nous réjouir de la mort des Égyptiens ; aux anges accourus auprès de Dieu après le passage de la mer Rouge pour entonner leur hymne quotidien à la gloire de Sa sainteté, Dieu aurait imposé le silence : « Aujourd'hui, je ne saurai entendre vos chants, alors que tant de mes créatures viennent de s'abîmer dans les flots. » (Talmud de Jérusalem, Megillah 10b). En les libérant, Dieu montre aux enfants d'Israël que l'oppression, l'injustice doivent leur être à jamais insupportables, comme ils lui sont insupportables. La Tora leur répète inlassablement « Nous étions esclaves en Égypte », pour qu'ils se considèrent désormais responsables de quiconque se trouve en situation de dépendance, et ceci jusqu'à l'arrivée du Messie.

Ô Jésus, notre rédempteur, amour qui comble nos désirs, Verbe fait chair au dernier temps ! Quel amour a pu te pousser à te charger de nos péchés, innocent, à subir la mort pour nous arracher à la mort ? Des enfers, tu forces les portes ; des captifs, tu brises les chaînes ! vainqueur par un remarquable triomphe, tu sièges à la droite du Père ! Béni sois tu ! 

Jeudi 4                                              4ème sujet : l’avènement de Jésus                     2 Thessaloniciens 1 | Ps 13

Cette lettre de Paul aux chrétiens de Thessalonique fait partie des premiers écrits chrétiens parvenus jusqu’à nous dans leur forme définitive. Elle nous révèle les conditions d'existence et les problèmes des jeunes communautés chrétiennes immergées dans un monde païen tout au début de la mission dans le monde grec. La situation qu'elle nous fait connaître n'est pas sans analogie avec la nôtre. Les chrétiens se trouvent dispersés dans un monde qui les ignore et qui ne fait pas sien l'idéal qui les anime. Convertis de fraîche date, ces chrétiens demeurent fragiles et leurs mœurs ne sont pas toujours au niveau de leur enthousiasme. Mais l’apôtre les encourage à tenir bon afin que « le nom du Seigneur Jésus Christ soit glorifié en eux, et eux en lui ». 

Nous prions pour vous à tout moment afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi.

Vendredi 5                                                     La croix                                    2 Thessaloniciens 2.1-12 | Ps 14

Paul ne cache pas son inquiétude au sujet des questions que ces communautés se posent. Ces chrétiens vivaient dans une attente fiévreuse du retour du Christ qu'ils croyaient imminent. Dès lors, ils ne se souciaient plus guère des problèmes du monde et certains en venaient même à négliger leur tâche professionnelle. Paul, lui aussi, espère dans le retour prochain du Christ, aussi les exhorte-t-il à la vigilance, car le Seigneur viendra comme un voleur, mais il ne partage pas leur attente fiévreuse et constatant les déviations où elles les entraînent, il s'efforce de tempérer leur excitation et de les ramener à plus de mesure. Il leur rappelle donc que les signes précurseurs du retour du Seigneur ne sont pas encore tous réalisés. Entre une trop grande attention au monde dont la figure passe et une attente fiévreuse du dernier jour, un équilibre peut être difficile à trouver. Cette lettre de Paul peut, sans doute, y contribuer.

Seigneur, protège-nous lors de la venue de l’Impie, qui se fera par la force de Satan avec une grande puissance, des signes et des prodiges trompeurs, avec toute la séduction du mal. Donne-nous de te rester fidèle en gardant l’amour de la Vérité qui nous sauve.

Samedi 6 (shabbat)                          L’Église et les sacrements                      2 Thessaloniciens 2.13-3.5 | Ps 15

Quelle tendresse et quelle affection dans ces quelques mots adressés à cette jeune Eglise. C’est bien là, tout à la fois, le style paternel et fraternel de celui qui porte le souci de toutes les Églises (2 Co 11.28).

Que le Seigneur conduise nos cœurs dans l’amour de Dieu et l’endurance du Christ.


Date de création : 25/01/2021 @ 21:23
Dernière modification : 25/01/2021 @ 21:23
Catégorie : Feuilles de prière 2020-2021
Page lue 258 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^